Afrique Inside Un média 100% numérique
You are here:  / International / Turquie: En difficulté, Erdogan remanie son gouvernement

Turquie: En difficulté, Erdogan remanie son gouvernement

Face au tollé suscité par un scandale politico-financier impliquant les fils de trois ministres démissionnaires (Economie, Environnement, Intérieur), le Premier ministre turc tente de mettre fin à la crise politique qui frappe actuellement le pays en procédant mercredi à un remaniement gouvernemental. Resté silencieux sur cette affaire qui entache son gouvernement Recep Tayyip Erdogan a fini par s’exprimer devant les cadres de son parti en accusant des forces étrangères d’être les initiatrices d’un « complot aux ramifications internationales » présenté sous forme d’une opération judiciaire dont le but unique serait de déstabiliser la Turquie. Les autorités judiciaires turques enquêtent sur des ventes d’or présumées illégales vers l’Iran et des pots de vin qui auraient été versés lors de contrats portant sur la réalisation de projets immobiliers. Personnalités proche du Premier ministre, les fils des ministres de l’intérieur et de l’économie ont été placés en détention provisoire ainsi qu’une vingtaine de personnes dans le cadre de cette enquête.

Erdogan de plus en plus contesté dans la rue et dans son camp

A la suite de cette affaire, plusieurs manifestations ont eu lieu à travers plusieurs localités du pays notamment à Ankara et à Istanbul. Dans cette dernière, ils étaient près de 5000 manifestants à protester contre un gouvernement qu’ils estiment corrompu avant d’être dispersés par la police. Une vague de contestation qui semble loin d’être finie, les appels appelant à battre le pavé se multipliant à travers les réseaux sociaux notamment. Ces appels à la mobilisation rappellent ceux de mai dernier qui avaient débouché sur des manifestations monstres place Taksim à Istanbul contre le pouvoir en place. Erdogan se retrouve une nouvelle fois dans la ligne de mire des manifestants mais subit également une contestation à l’intérieur de son propre camp. Ses anciens soutiens comme Fethullah Gülen prédicateur influent au sein de la police et des services de la magistrature serait entré en guerre contre le gouvernement depuis sa décision de supprimer les écoles de soutien scolaire privées qui constituaient sa principale source de revenus. La purge effectuée dans les instances de la police judiciaire dont les membres sont pour la plupart proches de Fethallah Güllen a été également un motif de rupture entre les deux hommes. Le Premier ministre a par ailleurs accusé son ancien allié en lançant devant ses partisans: « Nous ne tolérerons jamais des institutions parallèles à l’Etat », avant de promettre d’en finir avec les « bandes qui ne pensent qu’à leur propres intérêts, sous le couvert de la religion ».

Accusé de succomber à des dérives autoritaires, le Premier ministre doit faire face à des dissidences au sein du parti et à une forte opposition au sein de la population. La forte croissance économique qu’a connu le pays sous son mandat n’a pas permis d’occulter les relents d’autoritarisme et la corruption qui ont marqué ses années au pouvoir.

Malik Acher

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked ( required )