You are here:  / À LA UNE / Politique / Tunisie : à 88 ans, Béji Caïd Essebsi veut être président

Tunisie : à 88 ans, Béji Caïd Essebsi veut être président

Ce n’est une surprise pour personne mais plutôt une confirmation. Béji Caïd Essebsi sera donc le candidat de Nidaa Tounes pour la présidentielle. Mais cette désignation ne fait pas que des heureux et pour cause, certains pensaient qu’en raison de ses presque 88 ans, celui qui n’était encore que candidat à la candidature allait se retirer et laisser quelqu’un d’autre prendre cette place. Le conseil national du parti qui a eu lieu dimanche n’est pas parvenu à effacer les très nombreuses divergences qui règnent au sein de Nidaa Tounes et dont le candidat désigné est un des principaux instigateurs. Les critiques ont été nombreuses pour pointer du doigt le manque de démocratie dans les institutions du parti puisqu’aucune consultation n’a été entreprise pour désigner le candidat.

Pour les législatives, si pour le moment aucune alliance objective n’a été établie, il est fort probable que le parti soit obligé de jouer la carte de l’ouverture. Dans une très laconique formule qui consiste à dire qu’aucune porte n’est fermée, Nidaa Tounes entend bien donner le signe à ses proches et alliés qu’il serait préférable de partir en rangs serrés plutôt que de disperser des voix qui seront très importantes dans un scrutin plus ouvert que jamais.

Mehdi Jomaa a « ringardisé » Caïd Essebsi

Si Beji Caïd Essebsi était un des grands favoris l’an dernier, il est aujourd’hui mis en difficulté par l’aura du Premier ministre qui, en arrivant au pouvoir, a complètement « ringardisé » la classe politique tunisienne existante. De part son jeune âge et la modernité de ton qu’il adopte, il est devenu un véritable symbole du renouveau politique que la Tunisie peut attendre. Si le chef du Gouvernement a encore été très clair ces derniers jours en insistant sur le fait qu’il n’avait pas l’intention d’être candidat à la présidentielle, il est de très loin le seul qui pourrait écraser tous ses rivaux. A 88 ans, Béji Caïd Essebsi se retrouve donc avec l’image de celui qui ne veut absolument pas raccrocher alors que le Premier ministre lui, malgré son jeune âge a souhaité mettre fin à sa carrière politique après les élections qui devraient avoir lieu à la fin de l’année.

Si à ce jour Mehdi Jomaa est très largement en tête des sondages, il n’en reste pas moins que le leader de Nidaa Tounes, lui, se situe juste derrière selon les chiffres de mai dernier. Mais à mesure que le temps passe, la côte de Beji Caïd Essebsi s’effrite, notamment en raison de l’impulsion donnée par le Premier ministre qui a inauguré une nouvelle façon de gouverner loin des clivages traditionnels et des discussions purement politiciennes. Dans un pays où la plus grande partie de la population a moins de 40 ans, l’élection d’un homme de 88 ans sonnerait selon certains comme une inadéquation avec la réalité des choses. Néanmoins Caïd Essebsi est considéré comme un homme solide et surtout avec les capacités de diriger. Dans une Tunisie qui ne tient absolument pas à retourner dans l’instabilité, les militants de Nidaa Tounes voient en leur leader une chance de poursuivre la stabilisation du pays.

Né en 1926, en politique depuis 45 ans et déjà ministre sous Bourguiba, Béji Caïd Essebsi reste convaincu de son destin présidentiel. Reste à savoir si dans six mois les urnes lui donneront raison.

Louise Diallo

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked ( required )