dimanche, 4/12/2016 | 9:19 UTC+1
Afrique Inside Un média 100% numérique
You are here:  / À LA UNE / Politique / Soudan du Sud : Salva Kiir réinstalle son rival Riek Machar à la vice-présidence
SudSoudan

Soudan du Sud : Salva Kiir réinstalle son rival Riek Machar à la vice-présidence

Le président sud-soudanais Salva Kiir a réinstallé comme vice-président son ennemi juré Riek Machar, chef de la rébellion qui avait déjà occupé ce poste entre 2005 et 2013. Il s’agit d’une avancée symbolique dans la mise en oeuvre de l’accord de paix signé en août.

« Moi, Salva Kiir Mayardit, président de la République du Soudan du Sud, édicte par la présente ce décret présidentiel qui ordonne la nomination de Riek Machar Teny comme premier vice-président de la République du Soudan du Sud », a annoncé le président dans un décret publié jeudi soir.

Cette annonce marque un progrès sur la voie de l’application de l’accord de paix conclu par MM. Kiir et Machar le 26 août 2015 – qui prévoyait un cessez-le-feu et un mécanisme de partage du pouvoir – pour mettre fin à deux ans d’une guerre civile dévastatrice.

M. Machar avait déjà été le vice-président de M. Kiir entre 2005 et 2011, quand le Soudan du Sud n’était encore qu’une région semi-autonome au sein du Soudan, puis entre juillet 2011 – après l’indépendance – et juillet 2013, quand il avait été démis de ses fonctions.

Bonne nouvelle
Quelques mois plus tard, le 15 décembre 2013, le Soudan du Sud avait plongé dans la guerre civile quand des combats avaient éclaté au sein de l’armée nationale, minée par des dissensions politico-ethniques alimentées par la rivalité à la tête du régime entre M. Kiir et M. Machar.

« C’est une bonne nouvelle, parce que c’est un pas en avant dans l’application de l’accord de paix. Cela signifie que nous mettons en oeuvre l’accord de paix comme stipulé », a déclaré M. Machar, qui s’exprimait depuis l’Ethiopie.

Si la nomination de M. Machar est un signal positif lancé à la rébellion, il faudra encore attendre qu’il retourne à Juba, la capitale où il n’a plus mis les pieds depuis deux ans, pour juger de la bonne volonté des deux camps. « Si je reçois le soutien nécessaire pour assurer ma sécurité, je pense que je serai capable de prendre mes fonctions dans quelques semaines », a promis M. Machar, sans donner de date précise.

Discussions dans l’impasse

Malgré l’accord d’août, les violences n’ont jamais cessé et les belligérants s’accusent mutuellement de ne pas remplir leurs engagements. Les combats opposent aussi à présent de nombreux groupes armés aux agendas souvent locaux.

Les discussions sur la formation d’un gouvernement d’union nationale sont également pour l’instant toujours dans l’impasse. Elles étaient censées aboutir avant la date butoir du 22 janvier.

ATS

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked ( required )