dimanche, 11/12/2016 | 1:16 UTC+1
Afrique Inside Un média 100% numérique
You are here:  / À LA UNE / Politique / Soudan du Sud : Riek Machar, un chef rebelle en arbitre de la paix?
The forum under theme; "Strengthening Decentralzed Governance in South Sudan for Equatable Service Deliverery and sustanable development." The forum lasted for five days started from 14-18/11/2011 in National Assembly, Juba.

Soudan du Sud : Riek Machar, un chef rebelle en arbitre de la paix?

Une semaine après son retour à Juba, le chef rebelle sud-soudanais Riek Machar qui appelé à « l’unité » et à la « réconciliation » pour mettre fin à plus de deux ans de guerre civile, s’attèle à remettre le pays sur la voie de la reconstruction.

L’Union africaine (UA) a déclaré que la reconstruction post-conflit et la reprise économique devraient être les priorités absolues au Soudan du Sud. Le Soudan du Sud a plongé dans la guerre civile en décembre 2013 quand des combats ont éclaté au sein de l’armée nationale, minée par des dissensions politico-ethniques. Le conflit, notamment marqué par des massacres à caractère ethnique, des viols et des tortures, a fait des dizaines de milliers de morts et plus de 2,3 millions de déplacés.

L’accord de paix, signé par le président Salva Kiir et M. Machar sous les auspices des Nations Unies en août dernier, prévoit la formation par les deux parties d’un gouvernement de transition d’unité nationale, pour laquelle l’entrée en fonctions de M. Machar a marqué la première étape.

Plus jeune pays au monde, le Soudan du Sud a proclamé son indépendance en juillet 2011, sur les ruines de décennies de conflit avec le pouvoir central soudanais de Khartoum.

Riek Machar avait déjà occupé le poste de vice-président entre juillet 2011 et juillet 2013, quand il avait été démis de ses fonctions par le président Salva Kiir. Il n’avait plus remis les pieds dans la capitale depuis le début du conflit en décembre 2013. Dès son arrivée, M. Marchar a exprimé son engagement à la mise en œuvre d’un accord de paix destiné à mettre fin à plus de deux ans de guerre civile.

Une priorité économique

Nkosazana Dlamini-Zuma, présidente de la Commission de l’UA, a salué la nomination, par le président sud-soudanais Salva Kiir Mayardit, des ministres du gouvernement de transition d’unité nationale, conformément aux dispositions de l’accord sur la résolution du conflit au Soudan du Sud du 17 août 2015, affirme un communiqué de l’UA samedi soir.

La présidente de la Commission de l’UA a également souligné le rôle de la communauté internationale, dans son ensemble, à mobiliser les ressources nécessaires pour soutenir le jeune pays, qui ouvre un nouveau chapitre de son histoire et cherche à se reconstruire.

Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a salué mardi l’investiture de M. Machar, qui, selon lui, « marque une nouvelle étape dans la mise en œuvre de l’accord de paix ».

La rédaction

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked ( required )