Afrique Inside Un média 100% numérique
You are here:  / Economie / Sierra Leone : Répression contre des opposants à un projet du groupe Bolloré

Sierra Leone : Répression contre des opposants à un projet du groupe Bolloré

Depuis 2011, la société Socfin est engagée dans un bras de fer avec des groupes d’agriculteurs et de propriétaires terriens de la tribu Malen. Mardi , le bras de fer a tourné au drame. En guise de protestation, une foule armée de fusils et de machettes a tenté d’incendier un poste de police dans la province méridionale de Pujehun. Les policiers ont riposté en usant de gaz lacrymogène suivi de balles réelles.
Les protestataires s’opposaient à l’extension des opération de Socfin, l’un des premiers planteurs indépendants au monde, selon le groupe Bolloré. Bilan : une dizaines de blessés parmi les manifestants. Les associations de propriétaires affectée par le projet de Socfin ont dénoncé une répression dans la mesure où elles se battent pour leurs droits. Les habitants estiment que les 12,5 dollars par hectare qu’ils ont touchés ne sont pas suffisants et déclarent ne pas avoir compris le contrat passé avec Socfin, ou l’avoir signé sous la contrainte. Du côté de Socfin, on déclare avoir consulté chaque propriétaire en bonne et due forme.

Les ONG montent au créneau

En juin dernier,  douze ONG engagées dans la lutte contre l’accaparement des terres agricoles dans les pays en développement avaient accusé les dirigeants de Socfin , Vincent Bolloré et Hubert Fabri de «recourir à l’intimidation pour museler l’opposition à leurs projets» d’huile de palme en Sierra Leone.
En mai 2011, Green Scenery a publié un rapport sur le projet de plantation de palmiers à huile de la Socfin Agricultural Company Sierra Leone Ltd. (SAC), une filiale de Socfin, en Sierra Leone, qui mettait en lumière «l’absence de compensation adéquate, la corruption et les pressions exercées sur les propriétaires terriens et les chefs afin qu’ils signent des accords pour céder leurs terres». En réponse , la filiale sierra-léonnaise de Socfin a poursuivi l’ONG pour diffamation.

Sylvain Griout

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked ( required )