Afrique Inside Un média 100% numérique
You are here:  / À LA UNE / Economie / SIAM 2017 au Maroc : Plaidoyer pour un agrobusiness durable

SIAM 2017 au Maroc : Plaidoyer pour un agrobusiness durable

La 12 édition du Salon International de l’Agriculture au Maroc (SIAM) a ouvert ses portes, mardi à Meknès. Le coup d’envoi a été donné par Alpha Condé, Président de la république de Guinée et président en exercice de l’Union Africaine, et Aziz Akhannouch, ministre marocain de l’agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts.

Par Ali Bada

Dans une déclaration à la presse faite en marge de la cérémonie, M. Akhannouch a soutenu que la présente édition est celle de tous les records avec pas moins de 1260 exposants en provenance de 66 pays dont l’Italie, invitée d’honneur.

Aménagé sur une superficie de 172 000 m2 dont 90 000 couverts, cette « grande ferme intégrée » du Maroc qui restera ouvert jusqu’au 23 avril devrait attirer pas moins d’un million de visiteurs, professionnels et particuliers. Conçue selon une vision globale, de la production à la transformation, l’édition de cette année est placée sous le thème de l’«agrobusiness et chaines de valeurs durables ». Ce thème s’est imposé dans le sens où il faut, encourager une activité économiquement rentable, socialement responsable et respectueuse de l’environnement.

Le Plan Maroc vert, un modèle pour l’Afrique

Économiquement rentable, d’abord pour les investisseurs ; ensuite pour l’Etat en termes de recettes fiscales et enfin pour les salariés en termes de revenus décents. Socialement responsable dans le sens où les petits producteurs sont payés au juste prix et les consommateurs en mesure de s’approvisionner selon le meilleur rapport qualité/prix. Respectueux de l’environnement en s’appliquant autant que faire se peut à circonscrire les effets négatifs de l’activité humaine.

Ces impératifs constituent le fil conducteur du Plan Maroc vert dont l’ambition est de transformer toutes les filières agro-industrielles. Les résultats suivent. Mais cette stratégie n’est pas un vade-mecum immuable. Elle diffuse les bonnes pratiques qui, cependant, doivent toujours être expliquées, consolidées et, au besoin, réajustées pour rester dans la bonne direction parce ce rien n’est jamais définitivement acquis, surtout dans un monde où les contraintes de rentabilité économique et/ou les agendas politiques arrivent parfois à reléguer l’intérêt collectif au second rang.

En tout cas, en témoin très intéressé, le président guinéen ne tarit pas d’éloges pour le Maroc  qu’il félicite pour « les grands efforts accomplis depuis l’adoption du PMV qui constitue un grand symbole pour l’Afrique. Cette déclaration a été faite à la fin de la réunion marquant la création de l’Alliance africaine pour le développement de la formation professionnelle tenue dans le cadre du salon.

 

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked ( required )