You are here:  / À LA UNE / Décryptages / Seychelles : l’urgence d’une diversification économique

Seychelles : l’urgence d’une diversification économique

Situés dans l’océan indien occidental, les Seychelles comptent 115 îles tropicales disséminées sur plus de 1.374 millions de km2. Dix îles seulement sont habitées. Mahé, la plus vaste abrite la capitale, Victoria, et le principal port de pêche. Face aux deux mamelles de l’économie (pêche et tourisme), le pays est contraint de diversifier.

Les Seychelles maintiennent de bonnes relations avec leurs anciens partenaires socialistes (Tanzanie, Cuba ou Chine), mais l’Union européenne (UE) est aujourd’hui leur principal partenaire commercial et premier bailleur. Avec l’UE, les échanges se chiffrent à 4,7 millions d’euros au titre du 9e FED et 16,5 millions d’euros pour le 10e FED, versés sous forme d’aide budgétaire globale. Il est important de noter que la croissance économique des Seychelles a été positive en 2013 (3,5%), en légère hausse par rapport à 2012 (2,8%), tirée en particulier par le tourisme. Ce secteur emploie environ 30% de la population active et fournit plus de 70% des recettes en devises fortes. Le pays a d’ailleurs connu une hausse importante de la fréquentation touristique (+10%) grâce au volontarisme étatique, qui vise la diversification de l’origine des touristes. La croissance a aussi bénéficié de la diversification des activités bancaires et de la création d’une Bourse en 2013. Le nombre de sociétés offshore a été multiplié par six en cinq ans (120 000).

La piraterie, une menace pour l’économie

L’archipel des Seychelles souffre de la piraterie maritime somalienne qui menace deux secteurs centraux de l’économie : la pêche et le tourisme. Ce fléau affecte les approvisionnements de l’archipel, à 90% par voie maritime. Le pays a engagé des opérations de lutte contre la piraterie qui ont permis aux Seychelles de relancer la pêche au thon en 2012. En 2013, la politique d’austérité (diminution du nombre de fonctionnaires et privatisations) menée par le gouvernement a permis de faire baisser la dette publique (de 130% à 70% du PIB). Le secteur privé souffre de carences importantes pour son développement (notamment les techniques d’information, l’assainissement et le coût de l’énergie). L’économie devrait continuer à être stimulée par plusieurs projets, entre autres la construction d’un port et l’exploitation de gisements d’hydrocarbures.

Avec la réduction de la menace liée à la piraterie, le développement durable, et en particulier la promotion de l’économie bleue, est revenu au premier rang des principales préoccupations des Seychelles. L’archipel s’est particulièrement investi dans la participation à la 3ème Conférence internationale sur les petits Etats insulaires en développement qui a eu lieu à Samoa du 1er au 4 septembre 2014. Le pays mène par ailleurs une campagne de promotion de sa candidature au poste de membre non-permanent du Conseil de sécurité des Nations unies pour la période 2017-2018.

(Agence Knowdys)

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked ( required )