You are here:  / À LA UNE / Société / Sénégal : vers l’adoption prochaine d’un nouveau code de la presse

Sénégal : vers l’adoption prochaine d’un nouveau code de la presse

Le Sénégal sera bientôt doté d’un nouveau code de la presse. L’annonce est du Chef de l’Etat, Macky Sall, qui recevait, hier, au palais les cahiers de doléances des centrales syndicales.

Par Hamidou Baldé à Dakar

Les professionnels des médias sénégalais verront sous l’adoption d’un nouveau code de la presse. « Le gouvernement va adopter sous peu le projet du nouveau Code de la presse après son nettoyage et demander son vote par l’Assemblée nationale », a déclaré le Chef de l’Etat, Macky Sall. Il recevait les cahiers de doléances des centrales syndicales don le Syndicat des professionnels de l’information et de la communication du Sénégal (Synpics), dirigé par le journaliste, Ibrahima Khalil Ndiaye. « Il y a des choses à revoir. Nous avions exigé nous mêmes que le projet de Code soit présenté. Il est dans sa dernière mouture, nous allons enlever les scories et ce qui ne paraît pas être conforme à l’esprit de la Constitution et des lois. Et si cela est fait dans pas long temps, nous allons l’adopter formellement et l’envoyer à l’Assemblée nationale en demandant son vote » a promis le Chef de l’Etat sénégalais. Outre l’adoption prochaine du projet du code de la presse, le président de la République a également évoqué d’autres questions relatives au paysage médiatique sénégalais. Sur la gestion de la maison de la presse, Macky Sall a affirmé que les professionnels seront associés dans le management et le Conseil d’administration. Sur l’aide à la presse, il a annoncé la distribution en cours de l’enveloppe de 10,6 millions d’euros (700 millions de FCFA) de l’aide à la presse. Il a cependant invité les patrons de presse à travailler avec le gouvernement et les syndicats pour régler le problème de la Convention collective dans le milieu de la presse, de salaires et de cotisations sociales. A son tour, le secrétaire général du Syndicat des professionnels de l’information et de la communication du Sénégal (SYNPICS), Ibrahima Khaliloulah Ndiaye a interpellé le chef de l’Etat sur l’attribution « sauvage » des fréquences de radios et de télévisions, la gestion de la maison de la presse et le Code de la presse. « L’enthousiasme est loin de s’émousser certes… Nous osons espérer que le code sera voté en ce mois de mai », soutient le patron du Synpics.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked ( required )