Afrique Inside Un média 100% numérique
You are here:  / À LA UNE / Politique / Sénégal : réduction de mandat présidentiel, refus du Conseil Constitutionnel, référendum le 20 mars

Sénégal : réduction de mandat présidentiel, refus du Conseil Constitutionnel, référendum le 20 mars

Le Conseil constitutionnel du Sénégal a donné un avis défavorable à la proposition du président Macky Sall, élu pour 7 ans en 2012, de réduire son mandat de deux ans. Dans une allocution radiotélévisée, mardi soir, le président Sall a déclaré que le peuple sera consulté par référendum le 20 mars prochain sur la réforme des institutions, ajoutant que dans le projet qu’il a soumis au Conseil constitutionnel pour avis, le quinquennat qui y figure est plus conforme aux standards internationaux.

« Le conseil constitutionnel a conclu à la régularité des 15 réformes constitutionnelles qui sont conformes à l’esprit de la constitution. Mais la réforme du mandat en cours n’est pas conforme à l’esprit de la constitution et à la nouvelle loi. J’entends me conformer à l’avis du conseil constitutionnel. Par conséquent, le mandat en cours connaîtra son terme en 2019″, a dit Macky Sall dans son message.

Il a expliqué que son engagement pour le quinquennat traduit sa « conviction profonde qu’il est bon et sain que le peuple puisse faire entendre sa voix dans des délais raisonnables, en élisant le Président de la République tous les cinq ans ».

De plus, a-t-il dit, le quinquennat est plus conforme aux standards internationaux en matière électorale pour une démocratie qui se veut majeure et moderne comme la nôtre », a dit le président Sall.

Lors de son adresse à la nation le 31 décembre 2015, le président Macky Sall avait annoncé 15 mesures portant sur la réforme de la constitution, dont la restauration du quinquennat pour le mandat présidentiel, y compris la question de l’applicabilité immédiate de la réduction à cinq ans du mandat de sept ans en cours.

Cela doit lui permettre de respecter une promesse électorale faite entre les deux tours de la présidentielle de 2012, par le candidat des coalition Macky 2012 puis de Benno Bokk Yakaar qu’il était.

Après l’avis du président de l’assemblée nationale, le chef de l’état a reçu lundi, celui du Conseil constitutionnel dont il dit n’être soumis à aucune voie de recours.

Pour respecter la souveraineté du peuple, il a annoncé la tenue d’un référendum le 20 mars 2016.

Parmi les autres points de réforme annoncés figurent la modernisation du rôle des partis politiques dans le système démocratique, le plafonnage à 70 ans de l’âge des candidats à la présidentielle, la participation des candidats indépendants à tous les types d’élection.

Le projet accorde aussi une place importante à la promotion de la gouvernance locale et du développement territorial par la création du Haut Conseil des collectivités territoriales…

APA

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked ( required )