dimanche, 4/12/2016 | 9:20 UTC+1
Afrique Inside Un média 100% numérique
You are here:  / À LA UNE / Politique / Sénégal: jour de référendum test pour Macky Sall
Vue des documents imprimés et mis sous plis pour le référendum du 29 mai prochain sur le Traité Constitutionnel par quelques 200 agents de la préfecture le 23 avril 2005 dans une grande salle à Condé sur Vire. A cinq semaines du référendum en France sur le Traité européen, le non reste majoritaire dans les sondages, atteignant selon les instituts entre 52% et 58%.    AFPPHOTO MYCHELE DANIAU

Some 200 agents of the Manche prefecture prepare the voting documents for the EU's proposed constitutional referendum to be sent to the 177 600 voters of the region 23 April 2005 in Conde-sur-Vire. Recent opinion polls in France have indicated that a majority of voters could reject the new constitution in the country's May 29 referendum. AFP PHOTO MYCHELE DANIAU 
AFP

Sénégal: jour de référendum test pour Macky Sall

Oui ou non pour le président Macky Sall? La question est posée ce dimanche 20 mars à l’occasion d’un référendum  sur des réformes constitutionnelles, dont la réduction du mandat du chef de l’Etat de sept à cinq ans, une consultation  qui fait figure de test  pour le président  sénégalais.

L’issue du référendum pourrait, si le non l’emporte, porter un coup dur au président du Sénégal Macky Sall. Ce dernier avait promis avant son élection à la présidentielle de réduire son mandat présidentielle à 5 ans. Mais l’actuel président sur avis du Conseil constitutionnel, n’est plus disposé à l’application immédiate du quinquennat au mandat en cours, ce qui signifie qu’il irait donc jusqu’au bout de son septennat en 2019.

Plusieurs collectifs, de l’opposition et de la société civile, dont « Y’en a marre », mobilisés contre un troisième mandat du président Wade en 2012 ont appelé à voter « Non »,  reprochant à Macky Sall d’avoir manqué à sa parole et dénonçant son empressement à convoquer le référendum.

La campagne référendaire a été émaillée d’accusations de corruption, de trafic d’influence et de désinformation, et même de violences qui ont fait des blessés, dans un pays réputé pour sa stabilité et présenté comme une démocratie modèle en Afrique.

 

Si les reformes constitutionnelles se sont cristallisées sur la réduction oui ou non  du mandat présidentiel, la révision de la constitution porte sur 15 points dont également  le renforcement des droits des citoyens et de l’opposition, ainsi que des pouvoirs législatif et judiciaire.

Dans un an se dérouleront les législatives en 2017 avant la présidentielle en 2019, pour beaucoup d’électeurs, ce vote constitue l’occasion de sanctionner le, président du Sénégal sur son bilan.

 

Plus de 5 millions d’électeurs sont appelés aux urnes dimanche de 08H00 à 18H00 (GMT et locales). Mais près de 200.000 personnes seront privées de vote en raison de problèmes techniques qui ont empêché la production de leurs cartes d’électeur, selon le ministère de l’Intérieur.

Les premiers résultats officiels sont attendus lundi.

La rédaction

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked ( required )