Afrique Inside Un média 100% numérique
You are here:  / Société / Refus de don du sang, stérilisation forcée: les Éthiopiens d’Israël discriminés

Refus de don du sang, stérilisation forcée: les Éthiopiens d’Israël discriminés

C’est un nouveau coup dur pour la communauté juive éthiopienne d’Israël. Pnina Tamano-Shata, députée, a été interdite de don du sang. Pour se défendre le ministère de la santé a apporté un argumentaire qui n’a fait que renforcer l’aspect discriminatoire de la décision. Selon l’institution les juifs éthiopiens n’étant pas nés sur le sol de l’Etat Hébreux sont beaucoup plus susceptibles de transmettre des maladies telles que le VIH-Sida. Ce refus de don de sang des éthiopiens n’est pas nouveau. En 1997 déjà, les médias avait mis au jour les pratiques du ministère de la santé qui jetait le sang de la communauté éthiopienne venue faire un don.

Face au scandale de ces derniers jours, l’organisation Magen David Adom qui a refusé le sang de la députée a finalement changé d’avis avant, tout de même, de prévenir qu’il était hors de question de l’utiliser et qu’il serait congelé. Certains accusent le gouvernement de refuser le sang, non pas en raison des maladies, mais parce que l’Etat s’inscrirait dans une démarche raciale. On se souvient des propos du ministre de l’intérieur, Eli Yisha, qui en juin dernier n’avait pas hésité à dire qu’Israël « appartient aux hommes blanc ».

Les Éthiopiennes stérilisées de force

Il y a un an déjà, le ministère de la santé avait été pointé du doigt et avait provoqué la colère des éthiopiens et des associations de défense des droits de l’homme. Un reportage diffusé à la télévision israélienne avait révélé la mise en place d’un système de contraception forcée des femmes en provenance d’Ethiopie. Malgré les démentis de l’Etat qui dans un premier temps a rejeté les informations, les faits ont pourtant prouvé le contraire. Depuis le début des années 2000 le taux de fécondité des juifs éthiopiens a chuté de plus de 50%, un chiffre qui selon les spécialistes n’est absolument pas dû au hasard. Des injections de Depo-Provera, un puissant stérilisateur ont été faites de façon quasi-systématique aux femmes éthiopiennes arrivant sur le sol israélien. Il aura fallu plusieurs semaines après la diffusion du reportage pour que le ministère de la santé admette a demi-mot que ces pratiques existent.

Aujourd’hui on estime que plus de 100 000 juif éthiopiens vivent en Israël, dont 80% sont nés sur le territoire africain. L’Etat hébreux est régulièrement accusé de discrimination envers les communautés africaines. Plusieurs manifestations publiques demandant ouvertement l’expulsion des migrants du continent ont eu lieu cette année et des campagnes de rapatriement sont régulièrement organisées par le gouvernement.

Lotfi Lounes

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked ( required )