Afrique Inside Un média 100% numérique
You are here:  / Politique / Rafik Khalifa va retourner en Algérie

Rafik Khalifa va retourner en Algérie

Il avait épuisé tous les recours et se retrouve désormais sous le coup d’une extradition, Rafik Khalifa, poursuivi en France et en Algérie pour « banqueroute » et « détournements de fonds » regagnera donc Alger. D’après le communiqué des autorités britanniques il s’est « vu refusé d’interjeter appel devant la Cour suprême le 3 décembre ». A partir de cette date, l’extradition doit s’effectuer dans un délai maximum de 28 jours.

Rafik Khalifa a eu un parcours mouvementé et son nom est synonyme d’un des plus gros scandales de la dernière décennie. Fils de l’ancien ministre de Ben Bella, Laroussi Khalifa, qui fut également fondateur de la sécurité militaire puis PDG d’Air Algérie, Rafik Khalifa a construit un véritable empire à partir du milieu des années 90. C’est en 1998 que les affaires commencent vraiment à lui sourire. Après avoir fait ses armes dans la vente de médicaments, il obtient suffisamment d’argent pour fonder une banque privée ; la El Khalifa Bank est née. Très vite cela ne suffit pas à celui qui a l’ambition de devenir milliardaire. Profitant de l’ouverture du marché aérien algérien au privé il se lance et promet de concurrencer Air Algérie. 30 appareils, presqu’un million de passagers, c’est une véritable réussite mais Rafik Khalifa voit plus loin et encore plus grand. Certains lui reprocheront même plus tard un excès de mégalomanie. Il crée une agence de location de véhicules, puis lance sa propre chaîne de télévision, Khalifa TV et enfin il n’hésite pas à tout faire pour être le sponsor des plus grandes équipes de football.

Mais face à cette apparente réussite, des soupçons se portent rapidement sur le Golden boy algérien. Fin 2002 un certain nombre de transferts de capitaux sont bloqués par la Banque d’Algérie qui constate des irrégularités. Puis très vite, des collaborateurs de Khalifa sont arrêtés, auditionnés et présentés devant la justice. C’est à ce moment là que l’empire de Khalifa s’effondre. C’est tout un système mafieux de détournements de fonds qui est mis au jour. Des dizaines de millions d’euros transférés à l’étranger, une centaine de complices et plus d’un milliards de dollars de pertes pour l’état algérien et les épargnants.

Déjà condamné en 2007 par contumace en Algérie, à la réclusion criminelle à perpétuité, il devra affronter un nouveau procès. Ce dernier devait avoir lieu en avril dernier mais avait été annulé en raison de l’absence d’accusés.

Malik Belkacem

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked ( required )