Afrique Inside Un média 100% numérique
You are here:  / Politique / Présidentielle malgache: Robinson ou Rajaonarimampianina, un choix incertain et risqué

Présidentielle malgache: Robinson ou Rajaonarimampianina, un choix incertain et risqué

La bataille s’annonce difficile entre les deux prétendants au fauteuil présidentiel. Jean Louis Robinson et Hery Rajaonarimampianina, s’opposent dans les urnes, vendredi 20 décembre. Les résultats seront annoncés le 7 janvier, et officialisés le 18 février. Le premier Jean Louis Robinson, est arrivé en tête du 1er tour de la présidentielle, avec 21,16% des voix au bénéfice du soutien des partisans de Marc Ravalomanana, ancien président de la République renversé en 2009 par l’actuel président de la transition Andry Rajoelina. Médecin de profession , Jean-Louis Robinson a exercé comme ministre de la santé sous la présidence Ravalomanana.

Jean Louis Robinson et Hery Rajaonarimampianina finalistes de la présidentielle malgache du 20 décembre.

Jean Louis Robinson et Hery Rajaonarimampianina finalistes de la présidentielle malgache du 20 décembre.

Sa proximité avec la France et le parti socialiste français lui valent des critiques. Son rival, Hery Rajaonarimampianina, aussi connaît les rouages du pouvoir malgache puisqu’il occupait depuis 2009 le poste de grand argentier au sein du gouvernement de la transition dirigée par Andry Rajoelina. Il a obtenu au premier tour 15,85% des suffrages. Si son bilan à la tête du ministère des finances et du budget ne semble pas faire défaut, en revanche il fait face à des rumeurs l’impliquant dans une affaire de trafic de métaux précieux.

L’ombre du passé plane toujours

Voilà pour les présentations. Celles-ci révèlent les limites et les risques de la présidentielle malgache censée mettre un terme à la crise politique née en 2009 et conclure une longue période de transition ponctuée sans relâche par une rivalité toujours plus tenace entre les camps de la mouvance présidentielle et la mouvance Ravalomanana. Il ne faut guère oublier que le retour d’exil de Marc Ravalomamana constituait le principal point d’achoppement à la signature de la feuille de route pour sortir le pays de la crise. Finalement paraphé le 16 septembre 2011 par les partis politiques du pays, la transition et la la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC), le document stipule que la justice malgache est souveraine, la SADC ne pouvant pas ainsi annuler une condamnation judiciaire, ni déterminer les lois d’amnistie. Allusions aux condamnations par contumace de Marc Ravalomanana qui a écopé de travaux forcés à perpétuité pour la mort de 36 manifestants devant le palais présidentiel en février 2009. Ainsi, la question du retour de l’ancien président maintes fois annoncé risque de refaire surface et prolonger la crise surtout si Hery Rajaonarimampianina l’emporte et peine à couper le cordon ombilical avec Andry Rajeolina.

L’écart entre Jean Louis Robinson et Hery Rajaonarimampianina est serré, l’heure est aux alliances décisives. Arrivé en troisième position, Hajo Andrianainarivelo a dépassé la barre des 10%. Il fait figure d’arbitre. Egalement courtisés, les candidats Camille Vital (5ème avec 6,8 %) et l’ancien président Roland Ratsiraka. Mais ce dernier arrivé en 4ème position avec 9% des voix lors du premier tour a d’ores et déjà annoncé qu’il ne choisirait pas entre la peste et le choléra. Quant aux électeurs, ils ont la lourde tâche et responsabilité de choisir le finaliste capable d’incarner la fin de la transition consécutive à la crise de 2009 et d’écrire les pages d’une nouvelle ère pour la Grande Ile.

Véronique MANSOUR

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked ( required )