You are here:  / Le fil éco / Métaux précieux: la Chine lance son propre cours de référence pour l’or

Métaux précieux: la Chine lance son propre cours de référence pour l’or

La Chine, le plus gros pays consommateur d’or, a lancé mardi un cours de référence du métal jaune (benchmark) libellé en yuans, avec l’ambition de renforcer son influence sur le marché mondial et de mieux maîtriser les évolutions des prix.

Le Shanghai Gold Exchange, opérateur chinois pour les métaux précieux, a dévoilé mardi matin sur son site internet son premier « fixing » de référence quotidien pour l’or à 256,92 yuans par gramme (39,66 dollars, soit environ 1.230 dollars l’once).

Dix-huit acteurs de marché participent à la détermination du nouvel indice de référence shanghaïen, a précisé l’opérateur boursier, pour la plupart des banques étatiques chinoises, mais aussi deux grands groupes aurifères du pays ou encore les banques étrangères ANZ et Standard Chartered.

Ouvert en 2002, le Shanghai Gold Exchange avait déjà lancé en septembre 2014 une place d’échanges « internationaux » ouverte aux institutions financières étrangères, dans le but avoué d’offrir une alternative aux places de New York et de Londres pour les transactions sur l’or.

La demande d’or en Chine continentale représentait 250,6 tonnes au quatrième trimestre 2015, soit plus du quart de la demande mondiale, selon le Conseil mondial de l’or (CMO), ce qui en fait le premier consommateur mondial devant l’Inde.

Le pays reste par ailleurs le principal pays producteur de métal jaune.

Pour autant, la Chine dépend de contrats fixés en dollars –devise de référence sur le marché international des métaux précieux–, subissant donc les fluctuations des devises sur fond de forte dépréciation du yuan depuis l’an dernier.

Le marché mondial reste par ailleurs largement dominé par le « fixing » du London Bullion Market –où l’once d’or a fini lundi soir à 1.234,30 dollars.

En proposant des contrats d’échanges libellés en yuans, Pékin cherche également à renforcer l’usage à l’étranger du renminbi (autre nom de la monnaie chinoise), dont il entend faire une devise internationale de référence.

AFP

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked ( required )