You are here:  / À LA UNE / Politique / Maurice : l’ex-Premier ministre Navin Ramgoolam n’a pas dit son dernier mot

Maurice : l’ex-Premier ministre Navin Ramgoolam n’a pas dit son dernier mot

Navin Ramgoolam de retour dans le paysage politique mauricien. L’ancien Premier ministre devrait débuter la semaine prochaine une tournée les 20 circonscriptions de l’île plus d’un an après sa cinglante défaite lors des élections.

En ligne de mire : le Congrès des rouges le 23 février prochain à l’occasion du 80e anniversaire du Constituency Labour Party (CLP). Il semble que le leader du Parti Travailliste ne soit pas décidé à raccrocher les gants malgré les affaires judiciaires qui l’accablent. Le Parti espère se relancer avec ou sans Navin Ramgoolam… son leadership ne serait pas menacé, son mandat à la tête du CLP arrive à échéance en 2017. Il devrait ainsi entamer une tournée dans les 20 circonscriptions du pays, une mobilisation qui pourrait  signer son retour dans le paysage politique mauricien après plus d’un an d’absence un peu forcée. Parmi les enjeux , la renouveau du parti qui peine à faire entendre sa voix dans les rangs de l’opposition. Un calendrier d’actions pour 2016 a été défini. L’ancien Premier ministre prévoit ainsi d ‘y participer pleinement. Au terme du congrès le 23 février prochain, le nouveau visage des rouges devrait se dévoiler. Si le fauteuil de Navin Ramgoolam devrait être préservé, une redistribution des cartes est à prévoir.

2016, année de l’opposition?

Une mini-révolution au sein du Labour Party, peut-être. Celle-ci tombe à pic dans un contexte où Pravind Jugnauth, le leader du MSM, est pressenti pour succéder au Père Aneroodh Jugnauth à l’hôtel du Gouvernement.  Si ce dernier est aux prises avec la justice dans l’affaire de la clinique Medpoint, beaucoup estiment qu’il sera blanchi. Reste que l’incertitude et les rivalités au sein du gouvernement nuisent au pouvoir et aux ambitions de Jugnauth fils. L’année 2016 pourrait ainsi profiter à l’opposition, le MMM sous la houlette de Paul Béranger en tête mais le Labour Party entend bien tirer son épingle du jeu, avec lui, Navin Ramgoolam espère se refaire une santé auprès de l’opinion publique mauricienne, une mission très difficile , il lui faudra s’armer de patience et compter sur l’usure du pouvoir actuel pour mettre au tapis la défiance des mauricien à son égard.

La rédaction

 

 

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked ( required )