You are here:  / À LA UNE / Economie / Maurice, futur centre financier international

Maurice, futur centre financier international

La Financial Services Promotion Agency (FSPA) dont le mandat est de promouvoir et développer l’île Maurice comme un Centre Financier International a organisé en début de la semaine écoulée, avec le soutien des associations regroupant les opérateurs du secteur, un atelier de travail consultatif, tant attendu, s’échelonnant sur deux jours. Les capitaines de l’industrie, les experts et les représentants des institutions gouvernementales se sont réunis afin d’instituer un dialogue stratégique, de faire un constat, de discuter des défis auxquels notre centre financier devra faire face à l’avenir et aussi se pencher sur les mesures et actions à entreprendre afin d’assurer la pérennité du secteur, dans un environnement en constante évolution.

Par Herrsha Lutchman-Boodhun à Maurice – Bizweek.mu

Plus de 140 participants se sont penchés sur 12 thèmes, couvrant divers aspects de promotion et de développement ; les produits et services offerts par notre centre financier ; et aussi comment promouvoir notre juridiction comme une plateforme transparente, robuste et crédible, surtout dans la conjoncture actuel, avec l’avènement de la Foreign Account Tax Compliance Act (FATCA), du General Anti-Avoidance Rule (GAAR) de l’Inde et du Base Erosion and Profit Sharing (BEPS) de l’OECD, parmi d’autres initiatives qui auront un impact direct sur notre centre financier. Divers défis pour le secteur des services financiers ont été identifiés lors de cet atelier consultatif. L’accent a été mis sur la crédibilité de nos institutions, en sachant que cela peut avoir un impact sur l’image et la perception de Maurice en tant que centre financier.

Maurice veut se positionner comme le point d’accès incontournable vers l’Afrique, en matière d’investissement, mais cela constitue en elle-même un défi majeur à relever. De plus, les opérateurs considèrent aussi qu’il faudrait établir un programme de développement des compétences et s’assurer d’une formation continue de nos ressources humaines. Durant les délibérations, un consensus s’est dégagé sur de nombreux sujets, notamment la nécessité de diversifier l’offre de notre centre financier pour mieux répondre aux besoins des investisseurs et aussi attirer une clientèle fortunée en offrant des services de planification financière, de gestion de portefeuille et de fiscalité. Les opérateurs souhaitent aussi un plan de promotion efficace et bien ciblé, favorisant une plus grande participation du secteur privé.

Afin de satisfaire aux obligations légales et réglementaires croissantes, les opérateurs souhaitent la mise en place d’un système centralisé et standardisé de gestion de Know Your Customer (KYC), accessible quel que soit le nombre d’institutions financières avec lesquels le client envisage de travailler avec.

« Cet atelier de travail inaugure une nouvelle ère de collaboration et de partenariat avec le secteur privé. Nous voulons qu’à l’avenir ce type de consultation devienne la norme et que l’élaboration des plans d’actions des organismes publics, comme la FSPA, se fasse de façon inclusive avec toutes les parties prenantes. Le défi maintenant demeure dans l’implémentation des mesures préconisées afin de créer un écosystème adéquat et favorable pour réaliser le plein potentiel du secteur des services financiers. » Gérard Sanspeur, Chairman, Financial Services Promotion Agency (FSPA)

« Cet exercice n’est que le point de départ d’un long chemin à parcourir. Nous commençons sur une base solide, qui nous permettra d’atteindre le prochain niveau de développement du secteur des services financiers. Afin de réaliser nos ambitions, une consultation continue avec toutes les parties prenantes impliquées s’avère cruciale et notre objectif demeure la consolidation de ce partenariat. » Harvesh Seegolam, Chief Executive, Financial Services Promotion Agency (FSPA).

La marche à suivre

Les délibérations qui ont eu lieu au cours des deux jours seront déterminantes pour élaborer le document final et la FSPA mise aussi beaucoup sur les nouvelles technologies afin d’étendre les discussions. Une plateforme de discussion en ligne (forums.mauritiusifc.mu) a été conçue et mise à disposition des participants et des autres parties prenantes afin de recueillir davantage de commentaires et de suggestions et maintenir le dialogue. Le document final sera présenté mi-avril et constituera la marche à suivre et ouvrira la voie à une nouvelle ère dans le secteur des services financiers et du ‘global business’. Le document comprendra aussi certaines mesures budgétaires préconisées durant l’atelier de travail.

(photo: Harvesh Seegolam et Gérard Sanspeur entourant le ministre des Services financiers, Sudhir Sesungkur)

@bizweek.mu

 

 

 

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked ( required )