You are here:  / À LA UNE / Economie / Maroc: Récolte record de céréales en 2017

Maroc: Récolte record de céréales en 2017

La 9 ème édition des Assises de l’Agriculture se déroule ce lundi 17 avril à Meknès. L’objectif de ce rendez-vous annuel est, entre autres, de faire le point sur l’état d’avancement du «Plan Maroc vert 2008-2020». Le ministre marocain de l’Agriculture, Aziz Akhannouch, a dressé à cette occasion un bilan satisfaisant du secteur agricole dans son pays.

 

Par Ali Bada

 

Aziz Akhannouch, ministre de l’Agriculture, de la Pêche Maritime, du Développement Rural et des Eaux et Forêts, n’a pas caché sa joie lors de l’ouverture de la 9ème édition des «Assises de l’agriculture» qui déroulent ce lundi 17 avril à Meknès, en prélude à la 12ème édition du Salon international de l’agriculture au Maroc (SIAM) qui démarre le mardi 18 avril. Raison de la satisfaction du ministre: la récolte céréalière pour la campagne 2016-2017 dont le niveau est déterminant pour quantifier la croissance du pays, sera très bonne. Elle devrait être de 102 millions de quintaux, en hausse de 203% par rapport à la campagne précédente. Ce chiffre prévisionnel est réparti entre le blé tendre (49,4 millions de quintaux), le blé dur (23,3 millions de quintaux) et 28,9 millions de quintaux d’orge.

En substance, Aziz Akhannouch explique cet excellent résultat par une pluviométrie favorable, des températures modérées et l’utilisation record des semences certifiées dont les ventes sont en hausse de 52% par rapport à la campagne précédente. En plus des céréales, la production de plusieurs autres filières a nettement augmenté. Il en est ainsi de la production d’agrumes qui s’est appréciée de 20% en une année, à 2,4 millions de tonnes. Cette évolution, indique le ministre Akhannouch «est en harmonie avec les objectifs fixés par le PMV (Plan Maroc Vert)». La production de dattes a aussi atteint un niveau record de 117.000 tonnes durant la même période prise en considération.

 

Valeur ajoutée agricole à 108 milliards de DH en 2016

 

Le ministre a par ailleurs fait le point sur plusieurs autres chantiers agricoles. Sur la liste, figure la réalisation du Recensement Général de l’Agriculture qui sera la base du registre national agricole que son ministère œuvre à mettre en place.

Les premières tendances font état de l’exploitation de 700.000 hectares de terres céréalières désormais plantées d’arbres fruitiers, activité à forte valeur ajoutée, en plus de l’exploitation de 10% des terrains bour (non irrigués) inutilisables auparavant. De plus, 300.000 nouvelles exploitations agricoles ont été créées depuis le début de la mise en œuvre du «Plan Maroc Vert» en 2008. Des statistiques qui portent leur nombre global à 1,8 million d’exploitations.

Autre donnée importante, la mécanisation du secteur a quasiment doublé, passant de 4,9 tracteurs à 8,03 tracteurs pour 1000 hectares. L’effectif du ovins et caprins a, pour sa part, augmenté de 4 millions de têtes (+18%), à 26,1 millions. Quant aux bovins, ils totalisent 3,3 millions, en hausse de 43%. Au vu de ces résultats, les objectifs du «Plan Maroc Vert» (2008-2020) sont en passe d’être atteints. En tout cas, le Maroc est devenu un des premiers pays producteurs et exportateurs de produits agricoles et agroalimentaires en Afrique et dans le monde. De 2008 à 2015, les recettes des exportations sont montées de 15 à 27 milliards de dirhams, soit une progression de 78%. Sur la même période, le Produit intérieur brut agricole (PIBA) est passé de 68 à 120 milliards de dirhams, avant de redescendre à 108 milliards en 2016, du fait de la médiocre récolte céréalière. En 2008, l’objectif de l’Etat, à travers le PMV, était de faire de l’agriculture un secteur incontournable de l’économie marocaine, avec une valeur ajoutée additionnelle de 100 milliards de dirhams.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked ( required )