Afrique Inside Un média 100% numérique
You are here:  / À LA UNE / Société / Maroc-Espagne: le drame des migrants de Melilla et Ceuta, une source de tension

Maroc-Espagne: le drame des migrants de Melilla et Ceuta, une source de tension

Une centaine de migrants africains ont réussi à atteindre Melilla, l’enclave marocaine sous administration espagnole en franchissant la haute barrière frontalière tôt dans la matinée de ce mardi 8 mai. L’afflux des migrants dans les enclaves de Melilla et Ceuta sous administration espagnoles constituent une source de tension entre le Maroc, l’Espagne et l’UE.

Par la rédaction

Une centaine de migrants africains ont réussi à pénétrer mardi dans l’enclave sous administration espagnole de Melilla en franchissant la barrière frontalière qui la sépare du Maroc, a-t-on appris de sources concordantes. Trois gardes civils ont été légèrement blessés, la Croix-Rouge a signalé avoir soigné trois migrants avec des blessures légères. Franchir la barrière frontalière de 6 mètres de haut et 12km de long suppose de venir à bout des barbelés et des lames tranchantes sur les lieux.

Melilla et Ceuta les deux enclaves marocaines sous administration espagnole sont régulièrement ciblés par les migrants.

En octobre 2016 , une centaine de migrants africains étaient parvenus à franchir la triple clôture pour rejoindre Mellila, dernière tentative dans l’enclave. De son côté Ceuta est régulièrement visé depuis le début de l’année.  En février, 850 sont parvenus à passer en seulement quatre jours. Conséquence : l’Espagne a doublé sa capacité d’accueil de migrants dans les cités, ainsi le nombre de places est passé de 4.500 à 8.500.

Face à la vague de migrants, les tensions entre le Maroc et l’Union Européenne existent. Les deux enclaves Mellila et Ceuta, deux  épines dans le pied aussi bien pour Rabat, Bruxelles ou Madrid. A cela, il faut ajouter un accord de libre-échange dont l’interprétation suscite le conflit au point que le Maroc se dit prêt à relâcher ses contrôle migratoires.

Dans le passé, l’Espagne souhaitait céder la ville de Melilla au Maroc, il faut remonter à 1979. Quand à Ceuta, il était question de placer l’enclave sous le contrôle d’un protectorat international comme à Tanger jusqu’à l’indépendance du Maroc en 1956.

Ces vagues d’entrées massives coïncident avec une période de tensions entre le Maroc et l’Union européenne sur l’interprétation d’un accord de libre-échange qui a amené Rabat à menacer à demi-mot de relâcher ses contrôles migratoires.

Le roi Juan Carlos a proposé de céder la ville de Melilla au Maroc en 1979 et mettre Sebta sous le contrôle d’un « protectorat international » similaire à ce qu’avait connu la ville de Tanger entre 1923 jusqu’à l’indépendance du Maroc en 1956.

Mais la cession des villes s’est heurté au trop grand nombre d’espagnols résidant à Ceuta principalement et la peur de voir une nouvelle marche verte comme celle organisé par le roi Hassan II pour le Sahara marocain.

 

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked ( required )