Afrique Inside Un média 100% numérique
You are here:  / À LA UNE / Economie / Maroc-Chine : « deux ténors africains » sur la même longueur d’onde

Maroc-Chine : « deux ténors africains » sur la même longueur d’onde

Après une visite historique en Chine effectuée en février 2002, le Roi du Maroc Mohammed VI s’est rendu une nouvelle fois au pays de l’Empire du Milieu accompagné d’une importante délégation ministérielle, de hauts responsables et d’opérateurs économiques.

Cette visite Officielle du Souverain marocain en Chine, à l’invitation du Chef d’Etat chinois, est l’occasion d’organiser un nouveau cadre de coopération entre les deux pays, en vue d’approfondir la concertation politique, de renforcer les rapports économiques et l’investissement et de consolider la coopération dans de nombreux domaines.

Sceller un partenariat stratégique

Rabat et Pékin ont conclu, ce mercredi à Pékin, une convention visant à aider les entreprises chinoises à s’implanter au Maroc et à encourager la coopération entre les entreprises chinoises et marocaines, une autre portant création de la Zone de coopération économique et industrielle, et une convention d’extradition en vertu de laquelle les parties s’engagent à se livrer réciproquement, les individus qui, se trouvant sur le territoire de l’un des deux Etats, poursuivis ou condamnés par les autorités judiciaires de l’autre Etat. Cet accord prévoit également que les parties n’extraderont pas leurs ressortissants respectifs.

Les deux pays ont en outre signé un accord de coopération économique et technique (don de 100.000.000 Yuans), et un mémorandum d’entente relatif à l’exemption de certaines catégories de visas et à la simplification réciproque des procédures de délivrance de certaines catégories de visas.

Amitié historique et pragmatisme

Le Maroc fut le second pays africain à établir des relations diplomatiques et de souveraineté avec la République Populaire de Chine et ce, dès 1958. Depuis cette date, les relations entre les deux Etats se sont consolidées et se sont étendues à la coordination au niveau international. Il est clair que sa stabilité politique, sociale, sa bonne santé économique et une main d’œuvre hautement qualifiée ainsi que sa parfaite vigilance sécuritaire et sa maîtrise exemplaire du risque terroriste encouragent les investisseurs étrangers à venir s’installer au Maroc. Une fiscalité attractive, des infrastructures portuaires, aéroportuaires, ferroviaires, routières, autoroutières, hôtelières, touristiques aux normes internationales et des liens étroits avec de nombreux pays africains, via des partenariats stratégiques, favorisent également le choix du Maroc par ces mêmes investisseurs.

Le Royaume du Maroc, à la faveur d’une politique africaine initiée par le Roi Mohammed VI et sa proximité avec l’Europe, est devenu la seule porte crédible et sérieuse pour tout investisseur étranger qui souhaite développer ses relations en Afrique qui bénéficient aux peuples africains par le biais d’accords « win-win ». Une ouverture de l’Afrique vers les continents européen, américain et asiatique qui a pu se réaliser suite à la haute vision géopolitique du Souverain marocain qui confère au Maroc un rôle essentiel dans l’avenir de l’émergence du continent africain pour assurer dignité, bien-être, éducation, savoir, expertise, développement harmonieux, tolérance, quiétude et sécurité à ses populations.

La chine, un membre influent

Ce n’est pas seulement un concurrent qui leur rafle des marchés ou qui leur vend des produits bon marché. Première puissance économique mondiale et troisième exportateur d’armes dans le monde, la Chine est, par ailleurs, un membre influent du Conseil de sécurité.

Lancé dans un discours offensif envers l’occident, Rabat veut s’affranchir de toute tutelle à l’égard d’un camp ou d’une puissance. De plus en plus, le royaume mène une politique de non-alignement qui lui permet de s’ouvrir à de nouveaux partenaires – après la Chine, Mohammed VI se rendra en Inde – capables d’influer sur les questions qui la concernent à l’international, en premier lieu le Sahara Occidental. Sur ce dossier, le roi du Maroc cherche à avoir l’amitié de la Chine.

Si Pékin s’aligne officiellement sur la position de l’ONU, appelant à une solution politique de ce conflit historique, elle comprend bien le souhait de Rabat de recouvrer son intégrité territoriale.

La rédaction

Crédit image : @AP

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked ( required )