Afrique Inside Un média 100% numérique
You are here:  / À LA UNE / Politique / Mali : une conférence d’entente nationale ouvre un débat sur la paix et la réconciliation

Mali : une conférence d’entente nationale ouvre un débat sur la paix et la réconciliation

Une conférence d’entente nationale s’est ouverte ce lundi à Bamako au Mali, sous la présidence du chef de l’Etat, Ibrahim Boubacar Kéita. Plus de 300 personnes y prennent part venant des institutions de la République et des organisations de la société civile du pays.

Par Abdoulaye Diakité à Bamako

Pendant une semaine, les participants cette conférence d’entente nationale vont s’atteler à l’élaboration des éléments constitutifs d’une charte pour la paix, l’unité et la réconciliation nationale, après près de 5 ans crise sécuritaire que connaît ce pays de l’Afrique de l’Ouest.

La conférence était prévue par l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, issu du processus d’Alger. Elle sera le lieu pour un débat approfondi entre les composantes de la nation malienne sur les causes profondes des conflits que ce pays connaît dans sa partie septentrionale depuis son indépendance en 1960.

A l’ouverture des travaux, le président malien a insisté sur la nécessité pour l’ensemble des fils du pays de saisir cette tribune pour débattre des questions qui préoccupent aujourd’hui la nation.

Le message s’adresse particulièrement à certains groupes armés signataires de l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale notamment la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA), et l’opposition, qui ont décidé de boycotter le rendez-vous, affirmant qu’il a été mal préparé.

D’ailleurs, le président Kéita ne leur ferme pas définitivement la porte.  « A  ceux-là et à tous les autres qui n’auront pu être là, je rappelle que cette Conférence d’entente nationale est un train  qui  démarre. Et ceux qui ne l’auront pas pris dans cette  gare  peuvent  toujours  le  rattraper  à  une  autre  gare,  à une  autre  station. 

L’essentiel  est  qu’à  l’arrivée,  toute  la famille  soit  réunie.  Et  la  dernière  gare,  le terminus de ce voyage porte le nom : Entente nationale », a souligné le président Kéita. La fin de la conférence est prévue pour le 2 avril.
Une  fois  que  le président de la République aura reçu  les recommandations  de  la Conférence, il décidera du cadre,
des  modalités  et  de l’agenda  de  l’élaboration définitive  ainsi  que  de  son appropriation par l’ensemble des composantes de la nation de la charte.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked ( required )