You are here:  / À LA UNE / International / Mali : ce que les Maliens attendent du nouveau président français, Emmanuel Macron

Mali : ce que les Maliens attendent du nouveau président français, Emmanuel Macron

Le peuple français a élu le dimanche 7 mai 2017, le candidat d’En marche ! Emmanuel Macron à la magistrature suprême, à l’issue d’un second tour qui l’a opposé à la candidate du Front national, Marine Le Pen. Au Mali, on attend beaucoup du successeur de François Hollande considéré comme chez lui en terre malienne.

Abdoulaye Diakité, correspondant au Mali

Ce second tour, comme celui de 2002 ayant opposé Jacques Chirac à Le Pen père, témoigne de « l’attachement du peuple français à l’ouverture, le changement, le rapprochement des peuples, l’attachement à l’Europe, la promotion des valeurs universelles de liberté, de démocratie et d’égalité des chances », a souligné le chef de file de l’opposition Soumaila Cissé dans un communiqué.

Pour beaucoup de Maliens, cette élection du candidat d’En marche ! symbolise également la vitalité de la démocratie française et la parfaite adéquation entre libéralisme et démocratie sociale. « Elle témoigne du rejet par le peuple français de ceux et celles qui n’ont dans leur panier que du racisme, le nationalisme populiste, la xénophobie, l’islamophobie, l’Europhobie etc. », souligne un analyste politique.

Il faut dire que le Mali attend beaucoup du successeur de François Hollande, tant l’héritage est lourd à porter. Premier partenaire bilatéral du Mali, la France est militairement engagée dans notre pays contre le terrorisme depuis janvier 2013. Cette action militaire (Serval puis Barkhane) a produit des résultats remarquables, sans qu’on ne parvienne à éradiquer l’hydre.

La situation sécuritaire reste toujours préoccupante au Nord comme au Centre du pays, avec des attaques quasi-permanentes contre les Forces armées maliennes (FAMa) lesquelles ont enregistré près de 200 morts depuis le début de l’année.
Emmanuel Macron doit donner une nouvelle impulsion à l’action militaire de la France au Mali, et au Sahel d’une manière générale.

« Je crois que c’est une belle victoire, peut-être le début également d’une belle espérance, pour la France et tous ses pays amis. Et il y a 24 heures, le 6 mai, nous avons reçu deux émissaires d’Emmanuel Macron qui nous ont indiqué la constance de son intérêt pour la coopération avec l’Afrique, son souci de l’Afrique, singulièrement du Sahel et de la sécurité dans cette zone. En tant que président en exercice du G5 Sahel (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad), je m’en réjouis d’autant qu’il souhaite dans les meilleurs délais me rencontrer. Ce sera avec plaisir. Donc, une belle victoire. Cette victoire d’aujourd’hui, c’est un grand moment de démocratie », a souligné le président malien Ibrahim Boubacar Kéita dans une interview.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked ( required )