Afrique Inside Un média 100% numérique
You are here:  / Politique / Mali : les électeurs ont boudé le second tour des législatives

Mali : les électeurs ont boudé le second tour des législatives

La présidentielle avait levé un espoir sans précédent dans le pays, pourtant quelques mois après, le scrutin législatif a livré un autre message. Le taux de participation était de seulement 16% à la mi-journée dimanche, soit 4 points de moins qu’au premier tour. Les observateurs ont été unanimes, l’affluence a été très faible.

Comment expliquer cette démobilisation alors qu’il y a encore trois mois les Maliens étaient confiants dans la politique du nouveau président Ibrahim Boubakar Keïta ? Tout d’abord, et avant toute chose, c’est la situation dans le nord du pays qui a eu un impact sur ces législatives. Alors qu’IBK avait, lors de la campagne présidentielle, assuré que l’intégrité totale serait retrouvée, la ville de Kidal reste inaccessible aux autorités étatiques. Certains vont même jusqu’à considérer que le chef de l’État a renié ses engagements puisque certains anciens rebelles Touaregs seront très certainement élus et siégeront donc à l’assemblée à Bamako. C’est notamment le cas de Mohamed Ag Intalla du MNLA qui pourrait redevenir député alors qu’il souhaitait l’année dernière la scission du Mali et l’indépendance de l’Azawad. Ce second tour intervient quelques heures seulement après un attentat à Kidal, qui a fait deux morts parmi les troupes sénégalaises présentes sur place. Les attaques n’ont jamais cessée depuis l’arrivée des troupes françaises et africaines dans le nord, malgré la fuite de la plupart des djihadistes présents dans la zone.

Il y a également le bilan des cents jours d’IBK. Très peu de promesses qui avaient été faites ont été concrétisées ou même mises en chantier. Celui qui avait pour slogan « le Mali d’abord » et que ses soutiens appellent affectueusement « kankélétigui » (celui qui tient parole ) n’a pour le moment réglé aucun des problèmes de fond qui affectent le pays. La défiance grandissante envers le nouveau pouvoir et les politiques, d’une manière générale, n’a pas permis de mobiliser les électeurs.

Malik Belkacem

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked ( required )