Afrique Inside Un média 100% numérique
You are here:  / À LA UNE / Politique / Mali : Le nouveau gouvernement fait des vagues !

Mali : Le nouveau gouvernement fait des vagues !

Deux jours après la proclamation de la nouvelle équipe gouvernementale au Mali, les critiques fusent toujours. Ils sont nombreux à avoir été consultés par le nouveau Premier ministre, Abdoulaye Idrissa Maïga, mais qui n’ont pas été finalement retenus. Au sein du parti au pouvoir, le Rassemblement pour le Mali, des voix s’élèvent pour dénoncer le peu de portefeuilles qui lui ont été réservés, 7 contre une quinzaine dans l’équipe sortante. L’opposition qui a été aussi consultée par le nouveau Premier ministre, n’enregistre aucun membre dans la nouvelle équipe.
Par Abdoulaye Diakité, correspondant au Mali    
Du côté des femmes, c’est un peu la déception. Sur une équipe de 35 membres, il n’y a que 8 femmes. Ce qui est loin des 30% que le président de la République, Ibrahim Boubacar Kéita, avait promis le 8 mars dernier. « Nous sommes un peu déçus parce qu’on s’attendait à plus que çà », a expliqué une femme leader d’une organisation de la société civile. Dans le cadre de la promotion du genre au Mali, une loi a été adoptée qui impose 30% des femmes dans les fonctions nominatives et électorales.
En ce qui concerne les groupes armés signataires de l’Accord pour la paix et la réconciliation, la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) n’enregistre aucun membre dans le gouvernement. N’ayant pas eu les départements qu’elle convoitait, la CMA a renoncé à sa participation dans la nouvelle équipe gouvernementale. Quant à la Plateforme, elle n’a qu’un seul représentant, le ministre de la Réconciliation nationale, Mohamed El Moctar, contre 2 dans le gouvernement sortant. Elle aussi n’est pas satisfaite de cette situation.
Du côté religieux, les chrétiens disent n’avoir plus de représentants dans le gouvernement. Dans l’équipe sortante, il y avait 2, mais la présente n’enregistre aucun chrétien, ni protestant, ni catholique. Ce qui est une première au Mali.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked ( required )