Afrique Inside Un média 100% numérique
You are here:  / À LA UNE / Société / Lutte contre la malnutrition : la banque mondiale salue les progrès du Sénégal

Lutte contre la malnutrition : la banque mondiale salue les progrès du Sénégal

La lutte contre la malnutrition au Sénégal a connu des progrès remarquables a souligné un rapport du Groupe Indépendant d’Evaluation de la Banque mondiale, présenté ce mardi à Dakar. Toutefois, des défis restent à relever, reconnaissent les responsables de Cellule de lutte contre la malnutrition (Clm).

Par Hamidou Baldé à Dakar

Le rapport qui a été publié à Dakar a jugé « satisfaisants» les résultats du Programme de renforcement de la nutrition (Prn) mise en œuvre par la Cellule de lutte contre la malnutrition (Clm) du Sénégal qui bénéficie d’un financement de 62 .6 millions de dollars en trois grandes phases de 2002 à 2014.  En effet, les auteur de cette étude ont constaté une meilleure fourniture de services nutritionnels communautaires dans les zones ciblées au-delà des résultats attendus et une amélioration considérable des connaissances et des comportements des groupes ciblés dans les zones d’intervention.

Le rapport souligne également que 91% des enfants participant à des séances mensuelles de promotion de la croissance dans les zones d’intervention ont enregistré un gain de poids adéquat alors que 81 % des enfants participant aux séances mensuelles de pesée ont enregistré un gain de poids adéquat, au-delà de l’objectif fixé des 75 %. Cependant, l’enquête considère que des efforts doivent être faits notamment pour l’appropriation du développement de la nutrition par les communautés et les communes et le renforcement des capacités encore limitées de gestion des mécanismes de protection sociale et de transfert d’argent vers les groupes les plus vulnérables.

Le rapport rappelle que le PRN est né du constat alarmant au début du nouveau millénaire avec un pays faisant face à un problème préoccupant de malnutrition avec près d’un tiers (30 %) des enfants de 0 à 5 ans souffrant d’une malnutrition chronique (taille petite pour l’âge), 10 % de malnutrition aiguë (poids faible pour la taille), et 20 % d’une insuffisance pondérale (poids pour l’âge).

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked ( required )