You are here:  / À LA UNE / International / Londres : perquisitions et arrestations après l’attaque terroriste

Londres : perquisitions et arrestations après l’attaque terroriste

La police britannique a procédé à sept arrestations dans l’enquête sur l’assaillant qui a tué trois personnes et fait une quarantaine de blessés avant d’être abattu mercredi près du parlement à Londres, a annoncé jeudi Mark Rowley, patron des services antiterroristes.

Par Reuters

Un bilan de cinq morts, dont le tueur, avait été communiqué mercredi soir par la police, mais Mark Rowley l’a révisé à la baisse jeudi matin.
Sur la quarantaine de blessés, 29 ont reçu ou reçoivent toujours des soins à l’hôpital, parmi lesquels sept sont dans un état jugé critique.

Trois des 29 blessés hospitalisés sont des lycéens français, venus de Concarneau pour un voyage scolaire. Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault, était attendu à Londres jeudi où il devait se rendre auprès des familles des victimes françaises.

Cinq Sud-Coréens sont aussi au nombre des blessés, comme l’a annoncé à Séoul le ministère des Affaires étrangères. Un touriste chinois a lui aussi été blessé, légèrement, selon les autorités chinoises.
Le Parlement devait reprendre ses travaux ce jeudi, la Première ministre britannique Theresa May ayant déclaré mercredi soir que l’attaque ne devait en aucun cas perturber la démocratie britannique, pas plus que la vie normale de la capitale.

En attendant, le pont de Westminster, où a débuté mercredi après-midi l’attaque à la voiture-bélier, demeurait fermé, et des policiers étaient déployés en nombre dans le secteur. Les accès en surface de la station de métro Westminster étaient eux aussi bouclés.

ATTENTAT LE PLUS MEURTRIER DEPUIS 2005

Des perquisitions ont été menées à six adresses à Londres, Birmingham mais aussi en d’autres points du Royaume-Uni, a indiqué Mark Rowley. L’assaillant a d’abord lancé son véhicule contre la foule, sur le pont de Westminster, avant de s’écraser sur des grilles qui entourent le Parlement. Armé d’un couteau, il a alors couru et s’est introduit dans l’enceinte du Parlement, y a poignardé un policier avant d’être abattu par la police dans une cour intérieure, au pied de Big Ben.

Cette attaque est survenue un an jour pour jour après les attentats de Bruxelles, qui ont fait 32 morts à l’aéroport Zaventem puis dans une station de métro.
Theresa May a relevé que le lieu de l’attaque, qu’elle a qualifiée de « répugnante et ignoble », n’était pas un hasard.

C’est l’attentat le plus meurtrier depuis ceux de juillet 2005. Quatre islamistes britanniques avaient tué 52 personnes lors d’attaques suicide dans les transports londoniens.
En mai 2013, deux islamistes britanniques ont tué à l’arme blanche un soldat dans une rue du sud-est de Londres.

Le mode opératoire de l’attaque de Londres rappelle celui de l’attentat de Nice le 14 juillet dernier, qui a fait 86 morts, et celui de Berlin en décembre, commis également par un homme seul au volant d’un camion, qui a fait 12 morts.

Ces deux attaques ont été revendiquées par le groupe Etat islamique (EI). Commis par des « loups solitaires », des attentats de ce type sont faciles à organiser, relèvent les experts.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked ( required )