Afrique Inside Un média 100% numérique
You are here:  / Economie / L’industrie de la datte au Maghreb, un secteur économique porteur

L’industrie de la datte au Maghreb, un secteur économique porteur

Après l’or noir, voici peut-être venu le temps de l’or brun. La datte se révèle ces dernières années être un véritable créneau économique porteur pour le Maghreb. Alors que sa production ne cesse d’augmenter en Algérie et Tunisie, le Maroc a récemment décidé de son côté, de procéder à la plantation massive de palmiers-dattier afin de limiter ses importations, sa production ne couvrant pas suffisamment le marché national. La culture de la datte permet de faire vivre de nombreuses familles, en Algérie ce sont plus de 200 000 agriculteurs qui travaillent dans ce secteur sans compter les personnes employées dans des activités annexes comme celles du conditionnement ou de la transformation du précieux fruit. La Tunisie reste un modèle de réussite dans l’exportation de la datte, puisqu’elle demeure le 4e exportateur mondial, l’Algérie qui produit 6 fois plus de dattes que son voisin stagne à la 28e place. Cette dernière possède pourtant les capacités pour intensifier ses exportations, des mesures pour pallier à ce retard semblent avoir été prises par les autorités qui tentent de ne pas rater une occasion permettant de diversifier son économie.

Mais le fruit phare du désert peut révéler bien des surprises. A l’heure où des pays comme le Brésil tentent de limiter l’utilisation des énergies fossiles, certains industriels et hommes d’affaires décident de développer des alternatives possibles comme les bio-carburants, et la datte semble pouvoir donner quelques espérances dans ce domaine. Les projets en ce sens se multiplient notamment en Tunisie et en Algérie où des dattes sont utilisées pour permettre de créer une nouvelle source d’énergie. Une initiative expérimentale qui a le mérite de ne pas influer sur le prix du fruit, car seules les dattes déclassées et invendables sont utilisées pour la fabrication. Cette activité si elle s’avère concluante sur le long terme permettra de préserver les ressources pétrolières notamment en Algérie.

Charge à présent aux autorités de soutenir ces initiatives qui permettront de devenir de véritables leviers de croissance pour leur économie et de dynamiser encore plus ces régions souvent reculées.

Malik Acher

1 COMMENT

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked ( required )