Afrique Inside Un média 100% numérique
You are here:  / À LA UNE / International / Libye : proposition d’ un gouvernement d’union nationale

Libye : proposition d’ un gouvernement d’union nationale

En Libye ce mardi, le Conseil présidentiel libyen a annoncé avoir proposé un gouvernement d’union nationale de 32 membres. L’émissaire de l’ONU a demandé expressément au le Parlement libyen reconnu par la communauté internationale de l’approuver au plus vite.

La formation d’un cabinet d’union intervient à la suite d’un plan de paix sous la médiation onusienne prévu par l’accord politique conclu entre les parties de la crise libyenne le mois dernier dans la ville marocaine de Skhirat. Attendu il y a 48 heures, son annonce a été retardée en raison des différends sur la répartition des portefeuilles ministériels. Etape cruciale pour concrétiser la formation du gouvernement d’union : le Parlement reconnu par la communauté internationale doit maintenant  reconnaître la proposition qui doit lui être transmise. Le Parlement de Tobrough a 10 jours pour accepter ou rejeter la proposition et, en cas de rejet, le Conseil présidentiel devra plancher sur une nouvelle mouture. Un scénario que refuse l’émissaire de l’ONU  pour la Libye Martin Kobler qui a immédiatement enjoint le Parlement libyen reconnu par la communauté internationale à approuver rapidement la proposition de gouvernement. Depuis 18 mois, deux autorités s’affrontent ainsi chacune appuyée par des milices. Le pays  est plongée dans le chaos et livrée à des groupes armés depuis la chute de Mouammar Khadafi en 2011. La situation a empiré avec l’activisme de DAESH qui inonde la région.

Selon le Conseil présidentiel, le gouvernement d’union sera dirigé par l’homme d’affaires tripolitain Fayez el-Sarraj, il sera  composé de 32 ministres a-t-il indiqué sur sa page Facebook. C’est ce Conseil présidentiel, présidé par M. Sarraj et créé après la signature de l’accord parrainé par l’ONU, qui a procédé à la nomination des ministres.

L’accord de paix qui a permis la formation de ce gouvernement reste fragile, il n’a pas été ratifié par les deux chambres législatives. Dans ce contexte, son approbation dans les plus brefs délais par le Parlement de Tobrough est nécessaire. La chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, a lancé le même appel que Martin Kobler en se félicitant de la décision importante que représente l’annonce de la formation du gouvernement.

Face à la pression accrue de Daesh, la communauté internationale maintient la pression sur les autorités libyennes pour permettre au pays de sortir du chaos et renouer avec la stabilité.

L’EI qui compte près de 3.000 combattants en Libye a  revendiqué au début du mois deux attentats meurtriers (plus de 56 morts) et lancé des attaques visant le croissant pétrolier, situé dans le nord de ce pays qui dispose des réserves pétrolières les plus importantes d’Afrique, estimées à 48 milliards de barils. En Syrie et en Irak, où l’organisation jihadiste sévit principalement, le trafic de pétrole est une de ses sources importantes de financement.

La rédaction

Crédit image en une : AFP / FETHI BELAID

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked ( required )