Afrique Inside Un média 100% numérique
You are here:  / À LA UNE / Société / Libye : le pays au bord de la guerre civile

Libye : le pays au bord de la guerre civile

La Libye serait elle en train de plonger dans la guerre civile ? C’est en tous les cas ce que certains redoutent étant donnée la situation catastrophique dans laquelle elle plonge chaque jour un peu plus. Côté politique le Premier ministre Abdallah al-Theni refuse toujours de céder sa place à son successeur Ahmed Miitig qui a été désigné par la Congrès Général national libyen. Il considère que le nouveau chef du gouvernement est l’homme des islamistes puisque c’est en raison de leurs votes qu’il a été désigné. Pour le moment aucune avancée réelle ne permet de trouver une solution, c’est donc la plus grande confusion qui règne au sommet de l’Etat.

Dans le même temps la pression est de plus en plus forte sur les institutions déjà très fragiles puisque le général dissident, Khalifa Haftar poursuit son offensive dans l’est du pays, principalement sur Benghazi, pour selon lui « déloger les terroristes ». Grace à la mise à disposition d’avions, d’hélicoptères et d’armes sophistiquées, le général a infligé en deux semaines de très lourdes pertes du côté des miliciens qui revendiquent toujours le contrôle de la deuxième plus grande ville du pays, berceau de la révolution qui a mené à la chute de Mouammar Kadhafi. Alors que la population apporte désormais massivement son soutien à la dissidence d’Haftar, ce dernier a échappé à un attentat il y a deux jours. Un kamikaze a conduit sa voiture dans le mur d’une des principaux quartiers généraux de ceux qui se disent uniques représentants de l’ « armée nationale ».

La guerre inquiète le occidentaux et les africains

Cet attentat contre le général Haftar démontre bien que désormais deux camps s’affrontent. Alors que jusqu’ici les luttes intestines étaient plutôt sous jacentes, c’est désormais une véritable situation de guerre qui se met en place entre les militaires et les milices la plupart du temps affiliées à des groupes terroristes. Il y a quelques jours, c’est al-Qaïda qui est entré dans le jeu en appelant à détruire les troupes du général dissident et à tuer ses hommes. Al-Qaïda a part ailleurs accusé l’Egypte du maréchal al-Sissi et les Etats-Unis d’être derrière Khalifa Haftar et de le soutenir.

Washington a par ailleurs, de son côté, fait évacuer tous ses ressortissants qui restaient encore sur le territoire. La plupart des pays de l’Union européenne ont fait de même et un certain nombre d’entreprises implantées en Libye on du cesser de fonctionner en raison de la dégradation trop importante des conditions sécuritaires. Mais si les occidentaux ont pris les devants pour éviter de subir des dommages collatéraux, les africains ne sont pas en reste. L’Algérie a également rapatrié ses ressortissants et annulé toutes les liaisons qui relient la Libye à Alger jusqu’à nouvel ordre. Dans le même temps plusieurs milliers de soldats ont été déployés le long de la frontière qui sépare les deux pays afin d ‘éviter toute fuite de terroristes sur le territoire algérien.

Trois ans après la chute de Kadhafi, la Libye sombre dans la guerre. Pour le moment personne ne sait qui prendra l’avantage, une chose reste néanmoins certaine, c’est que le conflit risque de durer longtemps.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked ( required )