You are here:  / Uncategorized / Libye : la France et l’Egypte vont collaborer pour stabiliser le pays

Libye : la France et l’Egypte vont collaborer pour stabiliser le pays

Ce jeudi, le chef de la diplomatie française s’est rendu au Caire et a apporté le soutien de la France aux autorités égyptiennes pour lutter contre le terrorisme et stabiliser la Libye. L’Egypte a lancé des représailles envers sur les camps des extrémistes liés selon Le Caire à l’attentat contre les pèlerins coptes qui avait fait une trentaine de morts vendredi 26 mai.

Par la rédaction avec AFP

Jean-Yves Le Drian, qui entretient d’excellentes relations avec les autorités égyptiennes –il s’est rendu huit fois dans le pays lorsqu’il était ministre de la Défense de 2012 à 2017, et a été l’artisan de la vente d’avions de chasse français Rafale en 2015–, a insisté sur « la relation privilégiée » entre les deux pays.

« Je viens porter un message d’amitié de la part du (nouveau président français) Emmanuel Macron, un message de soutien pour les réformes en cours en Egypte, et un message de solidarité face au terrorisme qui a endeuillé votre pays », a-t-il déclaré devant la presse à l’issue d’un entretien avec son homologue Sameh Choukri.

Au coeur des entretiens, la coopération sécuritaire et la stabilisation régionale, particulièrement en Libye, où les deux pays veulent pousser une solution négociée en profitant des derniers développements régionaux.

Sameh Choukri a souligné « l’importance de parvenir à un règlement politique » en Libye et s’est félicité que les « dialogues inter-libyens menés en Egypte récemment » commencent à porter leurs fruits.

Ces derniers mois, l’Egypte a reçu les principaux dirigeants des factions rivales se disputant le pouvoir en Libye, pays plongé dans le chaos depuis la chute du colonel Khadafi en 2011. Le gouvernement d’entente nationale (GNA) de Tripoli, reconnu par l’ONU, est contesté par les forces du maréchal Khalifa Haftar, loyales à un gouvernement rival dans l’est de la Libye.

Pour l’Egypte et la France, le maréchal Haftar est un élément indispensable dans l’équation d’une solution politique en Libye.

« Nous ne pouvons laisser prospérer à la frontière égyptienne et aux portes de l’Europe une instabilité dont profitent les terroristes et les trafiquants en tous genres », a déclaré M. Le Drian, qui a ensuite rencontré le président égyptien Abdel Fattah Al-Sissi, et le ministre de la Défense Sedki Sobhi.

Le président Sissi et M. Le Drian ont discuté des « derniers développements de la situation régionale en crise », et des « efforts internationaux dans la lutte contre le terrorisme », selon un communiqué de la présidence égyptienne.

– Pilier de ‘stabilité

En dépit des critiques récurrentes des organisations de défense des droits de l’Homme sur la situation en Egypte, le ministre français des Affaires étrangères a réitéré que ce pays constituait un pilier de « stabilité » régionale.

« L’Egypte est l’élément central de la stabilité de toute la région », a déclaré M. Le Drian en rencontrant en fin de journée le pape des coptes orthodoxes Tawadros II, dont la communauté est la cible depuis plusieurs mois d’attaques meurtrières revendiquées par les jihadistes du groupe Etat islamique (EI).

« Nous avons une communauté de vues sur les effets du terrorisme et dans le domaine sécuritaire nous travaillons dans un esprit de confiance et avec beaucoup d’efficacité », a ajouté M. Le Drian.

L’Egypte est dans le viseur des ONG de défense des droits de l’Homme, qui dénoncent régulièrement un « sombre bilan ».

Depuis que l’armée a destitué le président islamiste Mohamed Morsi en juillet 2013, les autorités répriment toute forme d’opposition, et ont aussi pris directement pour cible les ONG.

Abdel Fattah al-Sissi a promulgué fin mai une nouvelle loi régulant les activités des ONG, un texte controversé qui a relancé les inquiétudes concernant la répression de la société civile.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked ( required )