Afrique Inside Un média 100% numérique
You are here:  / À LA UNE / International / Libye : les Etats-Unis se sentent menacés par l’instabilité dans le pays

Libye : les Etats-Unis se sentent menacés par l’instabilité dans le pays

Le chef du commandement militaire américain en Afrique (Africom), le général Thomas D. Waldhausser, a déclaré que l’instabilité en Libye constitue une menace significative pour les intérêts des Etats-Unis et ses alliés dans le continent.

Par Nassim Mecheri

Au cours de son audition par la commission des services armés du Sénat américain, le général Waldhausser a souligné que la multiplication des milices et les fractures entre les factions de l’est et de l’ouest ont exacerbé la situation sécuritaire en Libye.

La détérioration des conditions sécuritaires en Libye a facilité le mouvement « des combattants étrangers » et risque d’impacter la Tunisie et l’Egypte et la région du Maghreb en général a-t-il indiqué.
Africom qui a mené en janvier ses dernières frappes contre les positions de l’organisation terroriste autoproclamée « Etat islamique »  à Syrte, « s’emploie à protéger les intérêts américains et à permettre à nos partenaires africains de contenir l’instabilité » en Libye et au Sahel, a ajouté Waldhausser au cours de cette audition consacrée aux actions menées par Africom pour protéger les intérêts américains dans le continent.

« Nous devons maintenir la pression sur Daech et ce en parallèle avec les efforts menées en Libye pour progresser dans la réconciliation politique » a-t-il dit.

En outre, le chef d’Africom a expliqué que la Chambre des Représentants et l’Armée nationale libyenne doivent jouer un rôle constructif dans la formation d’un gouvernement libyen fonctionnel et unifié. Il a relevé que la formation d’un gouvernement libyen unifié demeure incertaine du moins dans un avenir prévisible, en expliquant qu’une solution sécuritaire structurée incluant la chambre des représentants de Tobrouk et l’armée nationale Libyenne, est la voie à suivre pour arriver à cet objectif.

Soulignant les difficultés des Etats-Unis à influencer le processus de réconciliation, le chef d’Africom a noté que l’administration américaine doit choisir soigneusement ses partenaires en Libye.
« Nous devons soigneusement déterminer quand et avec qui nous allons travailler pour contrer Daech afin de ne pas modifier l’équilibre entre les différentes factions libyennes et provoquer l’escalade en Libye », a-t-il soutenu.

Par ailleurs, Waldhausser a indiqué que les opérations d’Africom en Libye visaient à soutenir l’effort de la coalition internationale contre Daech. L’opération Oddyssey Lightning a permis de libérer Syrte mais n’a pas réussi pour autant à éliminer les risques que présente le groupe terroriste Daech.

Crédit image : @réseauinternational

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked ( required )