Afrique Inside Un média 100% numérique
You are here:  / International / Liban : un attentat tue un proche de l’ex-premier ministre Saad Hariri

Liban : un attentat tue un proche de l’ex-premier ministre Saad Hariri

C’est un attentat qui pourrait bien faire basculer le Liban dans le bourbier syrien. Alors qu’il se rendait à une réunion de la coalition du « 14 mars », hostile au régime de Bachar al-Assad et pro-opposition, Mohamed Chatah a été tué. Avec lui au moins quatre personnes ont péri et plus de 70 autres blessées.

C’est en matinée que l’explosion a eu lieu en plein centre de Beyrouth. D’après les premières constatations il s’agirait d’un attentat à la voiture piégée. Très vite les secours se sont rendus sur place. D’après les premières images de la télévision et les témoignages des personnes présentes, les dégâts sont très importants et le bilan pourrait encore s’alourdir. Mohamed Chatah était considéré comme le représentant de Saad Hariri, qui a déserté le Liban depuis deux ans suite à la chute de son gouvernement, provoqué par le Hezbollah. La symbolique de l’assassinat de Chatah est d’autant plus forte qu’il a été ministre des Finances mais également, pendant longtemps, ambassadeur du Liban à Washington. Depuis le début de la révolte en Syrie il y a presque 3 ans, il avait soutenu l’opposition et de nombreuses réunions se tenaient pour explorer les différents soutiens que sa coalition du « 14 mars » pouvait apporter.

Cet attentat vient faire resurgir le spectre d’une flambée des violences à travers le pays entre pro-Hezbollah qui soutiennent le régime syrien et pro-Hariri profondément anti Bachar al Assad qu’ils accusent d’être à l’origine de l’assassinat de l’ancien Premier ministre Rafic Hariri. De 2005 à 2012, des dizaines d’attentats ont émaillé la vie des libanais. Ils avaient pour cible la plupart du temps, des hommes politiques ou des journalistes hostiles au régime syrien. De nombreux hauts gradés mais également des forces de police ont péri durant cette période. Après un an de calme relatif, il semble que la tension soit remontée d’un cran. Le 19 novembre dernier, déjà, un double attentat près de l’ambassade d’Iran avait fait 23 morts et 146 blessés.

Lotfi Lounes

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked ( required )