Afrique Inside Un média 100% numérique
You are here:  / Société / L’Ethiopie rapatrie en masse les travailleurs illégaux d’Arabie Saoudite

L’Ethiopie rapatrie en masse les travailleurs illégaux d’Arabie Saoudite

L’Ethiopie a dû revoir ses prévisions à la hausse. On estime le nombre de travailleurs illégaux éthiopiens à rapatrier depuis l’Arabie Saoudite à 150 000 personnes, une situation d’urgence. Ce programme massif de rapatriement est soutenu par l’Organisation internationale des migrations (OIM). Son coût financier est estimé à 9,5 millions d’euros. Les candidats au retour sont de plus en plus nombreux, en cause, les mauvaises conditions de vie et les mauvais traitements dont ils sont victimes dans l’émirat du Golfe. L’Organisation internationale du travail (OIT), a dénoncé les conditions de travail des migrants éthiopiens au Moyen-Orient. Violences physiques et mentales, salaires dérisoires et discriminations. Pourtant des milliers d’éthiopiens émigrent chaque année, en partie vers le Moyen-Orient et les émirats du Golfe, à la recherche d’emplois, le plus souvent de domestiques. Au bout du voyage, le désenchantement.

Arrestations massives par Ryad

Trois éthiopiens ont déjà trouvé la mort dans des émeutes consécutives à une campagne d’expulsion massive de clandestins décidée par Riyad. Une campagne faisant suite à l’expiration d’un délai de sept mois accordé aux étrangers en situation irrégulière pour régulariser leur statut ou quitter le royaume. En novembre dernier, dans la région de Riyad, 818 étrangers illégaux ont été arrêtés. La police a procédé également à l’interpellation de 4 000 personnes à Jeddah. Dans la province de Jazane (sud ouest), les gardes frontières ont arrêté plus de 8 000 personnes qui tentaient de passer au Yémen.
Addis Abeba avait alors annoncé au début du mois dernier son intention de rapatrier ses citoyens. En plus de faire face à l’arrivée massive de ces citoyens qui ont tout perdu, l’état éthiopien promet de s’attaquer aux causes profondes de ces migrations de masse, la pauvreté et le chômage.

Sylvain Griout

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked ( required )