Afrique Inside Un média 100% numérique
You are here:  / À LA UNE / International / En bref : Londres , l’EI revendique l’attaque, au Tchad un français enlevé

En bref : Londres , l’EI revendique l’attaque, au Tchad un français enlevé

Attaque de Londres : le groupe jihadiste EI revendique l’attaque (agence Amaq)

Le groupe jihadiste Etat islamique (EI) a revendiqué jeudi, par le biais de son agence de propagande Amaq, l’attentat de Londres qui a coûté la vie à trois personnes.

« L’auteur de l’attaque en face du Parlement britannique à Londres est un soldat de l’EI et l’opération a été menée en réponse à l’appel à frapper les pays de la coalition » internationale antijihadistes, a indiqué Amaq, citant « une source de sécurité »

Tchad : un Français enlevé

Un ressortissant français a été enlevé jeudi matin près d’Abéché, dans l’est du Tchad, a annoncé une source militaire française à quelques journalistes.

Il s’agit d’un civil, a précisé cette source, indiquant que « tous les moyens sont mobilisés pour obtenir sa libération ». Le ministère français des Affaires étrangères a confirmé l’enlèvement, sans donner aucun détail supplémentaire. Le dernier enlèvement d’un Français au Tchad remonte au 9 novembre 2009.

Laurent Meurice, un agronome français travaillant pour le CICR, avait été kidnappé dans l’est du Tchad, une prise d’otage revendiquée par un groupe soudanais du Darfour, les « Aigles de libération de l’Afrique ». Il avait été libéré le 6 février 2010, après 89 jours de détention.

Mauritanie: la révision constitutionnelle soumise à référendum

Le projet de révision constitutionnelle en Mauritanie, approuvé par l’Assemblée nationale mais rejeté par le Sénat, sera soumis à référendum « le plus rapidement possible », a annoncé le président mauritanien mercredi soir.

Ce projet de modification de la Constitution actuelle, en vigueur depuis 1991, prévoit notamment la suppression du Sénat et le changement du drapeau national. Il a été adopté le 9 mars par les députés, mais 33 des 56 sénateurs ont voté contre le texte, marquant son rejet, le 18 mars.

Pour être validé, le projet devait être adopté par chacune des deux chambres du Parlement à la majorité des deux tiers et ensuite être soumis à un congrès parlementaire. La coalition présidentielle est largement majoritaire au Parlement.

Libye: HRW évoque des crimes de guerre à Benghazi

L’organisation Human Rights Watch (HRW) a évoqué mercredi de graves violations des droits de l’Homme et des « crimes de guerre » commis à Benghazi par les forces sous le commandement du maréchal Khalifa Haftar, l’homme fort des autorités de l’est de la Libye.

« Les forces de l’armée nationale libyenne (ANL) (autoproclamée par le maréchal Haftar) pourraient avoir commis des crimes de guerre (…) dont des actes de tortures contre des civils et des exécutions sommaires », a indiqué HRW dans son communiqué.

Les forces sous le commandement de Khalifa Haftar « se sont livrées à des tueries et auraient profané les tombes de leurs rivaux à Benghazi », deuxième ville libyenne, selon ce communiqué.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked ( required )