Afrique Inside Un média 100% numérique
You are here:  / Culture / Le film camerounais censuré “le Président”, bientôt de retour sur Buni TV

Le film camerounais censuré “le Président”, bientôt de retour sur Buni TV

“Comment sait – on qu’il est temps de partir ?” Dans son dernier film « Le Président », le cinéaste camerounais de renom Jean-Pierre Bekolo pose ouvertement cette question. Personnalité visée explicitement: l’actuel président du Cameroun Paul Biya, au pouvoir depuis 30 ans. Le gouvernement camerounais a d’ailleurs interdit le film.

Fil rouge du scénario: le président en question disparaît soudainement, quelques jours seulement avant les élections. « Le Président » a été présenté au Festival international de Durban en juillet dernier . Il a le mérite de souligner l’impact de la mauvaise santé de certains chefs d’ Etat africains sur leurs pays respectifs. Ces derniers sont nombreux à quitter leurs pays pour des raisons médicales. Outre Paul Biya, citons également le Zambien Michael Sata ou encore l’Angolais José Eduardo Dos Santos. Nombreux sont ceux dont le décès a plongé leur pays dans l’incertitude.

En 2012, le Premier ministre Ethiopien Meles Zenawi est mort d’une maladie non communiquée dans un hôpital de Bruxelles, après avoir disparu pendant deux mois. En 2010, le Nigeria s’était retrouvé dans le flou politique après la mort soudaine du président Umaru Yar’Adua. Au Ghana, John Atta Mills a succombé à un cancer malgré les nombreux démentis de son parti sur son état de santé. Jean-Pierre Bekolo s’est donc attaqué à l’un des derniers tabous politiques du continent. L’auteur a passé plusieurs années aux Etats-Unis à enseigner le cinéma avant de rentrer récemment au Cameroun. Son attachement à la liberté d’expression l’a forcé à se tourner vers Buni TV (www.buni.tv). « Aujourd’hui les nouvelles technologies offrent une solution pour les cinéastes de pays qui imposent encore une censure sur le cinéma et où la liberté d’expression est encore menacée », dit Bekolo.

Internet , le pouvoir de contourner la censure

Le distributeur Buni TV ne craint pas la controverse politique, bien au contraire. La plateforme, un service de Buni Media produit déjà une satire politique type Guignols de l’info suivie par 10 millions de téléspectateurs et nommée cette année meilleure série télé d’Afrique.
« L’un des grands avantages de l’internet est de pouvoir contourner la censure », dit Marie Lora-Mungai, la directrice de Buni TV. « Buni TV encourage et soutient l’échange libre des idées en Afrique. »

Lorsque nous avons appris que Jean-Pierre n’était pas autorisé à montrer « le Président » au Cameroun, nous avons compris que c’était notre responsabilité d’aider ce film important à atteindre son audience.» Lors de la diffusion du film sur Buni TV, plus de 8.400 personnes ont pu voir le film pendant la semaine ou celui-ci était disponible gratuitement sur le site. C’est l’équivalent de 42 salles de cinema! “Le trafic est venu du monde entier, mais aussi en particulier de Douala et Yaoundé, ce qui prouve que nous avons réussi à atteindre les Camerounais du Cameroun”, affirme Marie Lora-Mungai.

Une engagement courageux de la part de Buni TV. Il vient renforcer la liberté d’expression et rend hommage à un cinéaste africain libre et audacieux. Ses productions en témoignent , « Les Saignantes » (2005), une satire politique de science-fiction sur deux prostituées de luxe qui utilisent leur sexualité pour exposer – et tuer – les politiciens corrompus.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked ( required )