You are here:  / À LA UNE / Société / Le Bénin célèbre ses martyrs de la révolution

Le Bénin célèbre ses martyrs de la révolution

Le 07 Mai de chaque année au Bénin est consacré à la Journée Nationale de lutte contre la Torture au Bénin. Et l’événement n’est pas passé sous silence ce dimanche à Cotonou. L’organisation pour la défense des droits de l’homme et des peuples, (ODHP) a honoré les disparus et victimes de la Torture sous la période dite révolutionnaire. Une période allant de 1972 à 1989 où Feu Général Mathieu KEREKOU fut Président de la République du Bénin. C’est par un dépôt de gerbes à la bourse du travail à Cotonou que les manifestations commémoratives ont été lancées.

Par Romuald HOUNHOUI à Cotonou

La journée du 07 Mai est retenue au plan national pour rendre hommage aux héros et aux martyrs de la démocratie et des libertés conquises dans le sang et la douleur sous le pouvoir révolutionnaire. C’est ce qui justifie fondamentalement la tenue ce 07 Mai de la cérémonie d’hommages aux disparus et victimes de la torture à la bourse du travail à Cotonou.  Après le dépôt de gerbes en l’honneur de ces enfants du Bénin morts au front tels que Luc TOGBADJA, Parfait ATCHAKA, Rémy AKPOKPO-GLELE, Mama YARI MOUSSA, Crépin BOCO, Dieudonné ADJAGBONI et autres, une conférence publique a été tenue. Elle a eu pour thématique centrale,  l’impunité et l’oubli, deuxième crime contre la mémoire des disparus et victimes de la torture, comment y remédier ?.

Des Libertés acquises sous de hautes luttes

« Ces martyrs ont été en effet, torturés parce qu’ils ne partageaient pas la pensée unique qui avait cours au Bénin à cette époque-là », rappelle l’un des participants à cette conférence publique. « L’un d’eux nommé Parfait ATCHAKA a été même tué par balles réelles  dans le dos au Collège d’Enseignement Général de Gbégamey le 06 mai 1985 » poursuit-il ».

Le communicateur principal a entretenu les participants sur le bien fondé de la lutte de ces valeureux et braves hommes morts pour la patrie. « la commémoration et la perpétuation visent en conséquence à permettre aux générations présentes et futures de se convaincre de ce que ni le 07 Mai ni les libertés et droits conquis ne sont de la manne tombée du ciel et de se battre conséquemment pour leur reconquête et approfondissement au quotidien ».

Selon le Président de l’ODHP, Maitre Aboubacar BAPARAPE, il est nécessaire qu’on se souvienne des enfants du Bénin morts au front pour la noble cause. Pour l’homme de droit,  le Bénin traverse actuellement une situation qui le ramène à petit coup vers la période dictatoriale qu’il a connue auparavant. Il insiste par ailleurs que Luc Togbadja, Parfait Atchaka et autres sont tombés les armes à la main afin que la liberté soit une réalité au Bénin.

Maitre SEÏDOU ABOU, greffier en chef du tribunal de première instance de première classe de Cotonou, lui emboite le pas en rappelant à toutes fins utiles les dispositions constitutionnelles Béninoises. « La personne humaine est sacrée et inviolable et l’Etat se doit de la protéger. La torture doit être sévèrement punie parce que l’être humain est très important. L’on ne doit en aucun cas le sacrifier pour quelque cause  ou quelque ambition et intérêt » dixit celui qui demeure membre d’honneur de l’ODHP.

Les manifestations commémoratives se poursuivent jusqu’au dimanche 14 Mai. Elles prendront fin par un pèlerinage à la prison de SEGBANA situé dans le Nord du Bénin. Une prison qui  symbolise la torture sous le Parti de la Révolution Populaire du Bénin.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked ( required )