Afrique Inside Un média 100% numérique
You are here:  / À LA UNE / Economie / L’axe Berlin-Afrique de l’ouest soutenu par l’expertise togolaise

L’axe Berlin-Afrique de l’ouest soutenu par l’expertise togolaise

Le ministre togolais des Affaires étrangères, Robert Dussey et Johannes Selle (Président du Groupe d’amitié Allemagne-Togo au Bundestag) ont ouvert la deuxième édition du «Printemps de la coopération germano-togolaise» ce 03 avril 2017. Cette édition enregistre la participation du Burkina Faso, du Mali et du Niger, des pays de l’hinterland également représentés à Lomé par leurs ministres des Affaires étrangères. Des décideurs politiques et hommes d’affaires allemands, nigériens, burkinabé, maliens et togolais prennent aussi part activement à ce rendez-vous économique qui ambitionne de booster l’axe Berlin-Afrique de l’ouest.

Par Emmanuel-Gaël Gade & Dodo ABALO

Le constat est quasi unanime au Forum germano-togolais 2017 parmi les participants africains: l’axe Berlin-Afrique occidentale a besoin d’être revigoré ou d’écrire de nouvelles pages davantage dynamiques de sa jeune histoire. Pour le chef de la diplomatie nigérienne, Ibrahim Yacouba, il est vrai que le Niger est lié à l’Allemagne dans plusieurs domaines, notamment l’éducation, l’agriculture, la sécurité alimentaire, mais, «nous ne rencontrons pas généralement d’hommes d’affaires allemands», a-t-il relevé. Raison de taille pour que, a-t-il poursuivi, le «Printemps de la coopération germano-togolaise soit très apprécié par le Niger».

Les ministres malien, nigérien et burkinabé des Affaires étrangères ont à ce titre tenu à remercier le chef de l’Etat togolais pour son «leadership». MM. Barry et Yacoubou ont non seulement relevé la vigueur des relations économiques qui existent entre leur pays et le Togo, mais ont également insisté sur le fait que les défis économiques des pays de la sous-région sont tels que c’est «seul le secteur privé qui doit aider à construire des économies fortes et durable ».

«L’Allemagne et le Togo ont opté pour un travail dans la coopération», a expliqué le chef de la diplomatie togolaise, Robert Dussey. L’ouverture de cette rencontre germano-togolaise au Mali, au Niger, au Burkina Faso et à des institutions sous-régionales procède d’une volonté du président Faure Gnassingbé de faire naître un «partenariat novateur entre toutes ces entités», a renforcé Pr Dussey. «C’est le lieu de rappeler que le Togo, porte d’entrée pour les pays de l’hinterland en Afrique occidentale, véritable hub sous-régional, constitue une terre d’opportunités pour les investissements privés, innovants et les partenariats public-privé», a vanté R. Dussey, ex-conseiller diplomatique de Faure Gnassingbé.

De son côté, Abdoulaye Diop, le patron de la diplomatie malienne, «a salué une rencontre importante qui se tient à Lomé, bras en mer de l’hinterland ouest-africain. Il se félicite de l’implication de l’Allemagne dans le processus de paix en cours au Mali, mais estime surtout que le maillon qui manque à la chaîne reste la coopération économique avec Berlin».
Apres la cérémonie d’ouverture, les participants à ce Forum ont eu droit à un panel centré «sur le panorama des opportunités d’affaires qu’offre l’espace CEDEAO en général et le Togo en particulier aux potentiels investisseurs». A travers diverses communications, les panélistes togolais ont vanté les opportunités d’affaires à même d’inciter l’Allemagne, 1ère puissance économique en Europe, à investir au Togo, et indirectement en Afrique de l’ouest.

78 entrepreneurs allemands sont présents à Lomé pour les échanges lors de cette rencontre d’affaires. Au programme, trois principaux panels de discussions sur de différents thèmes, une soixantaine de discussions directes entre gouvernements et businessmen («G to B») et 220 discussions similaires entre hommes d’affaires de différents pays («B to B»). Une Chambre de commerce germano-pays francophones de l’Afrique de l’ouest sera créée à Lomé pour la facilitation et l’accroissement des échanges entre les pays francophones d’Afrique occidentale et Berlin, à l’issue de grand-messe économique.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked ( required )