You are here:  / À LA UNE / Economie / L’Algérie, une grande opportunité d’affaires pour les Britanniques

L’Algérie, une grande opportunité d’affaires pour les Britanniques

Une délégation de la city de Londres s’est rendue en Algérie du 8 au 10 avril, avec à sa tête le Lord-Maire de Londres Andrew Parmley. Cette visite vise à diversifier les relations commerciales et d’investissement entre les deux pays, et de travailler plus étroitement à même d’explorer toutes les opportunités d’affaires que représente l’Algérie.

Par Nassim Mecheri à Alger

L’Algérie représente une grande opportunité d’affaires pour le Royaume Uni, et les possibilités de diversifier les secteurs de coopération entre les deux pays sont à explorer,  c’est ce qu’a affirmé le Lord-Maire de la cité de Londres, Andrew Parmley cité par l’agence officielle.

Plus présent en Algérie dans le domaine énergétique avec le groupe British Petroleum (BP), le Royaume Uni a déjà commencé à étendre cette présence à d’autres secteurs, et aspire à les  renforcer et, parallèlement, à explorer d’autres domaines.

« L’Algérie est un acteur régional important avec qui le Royaume-Uni souhaite améliorer davantage la coopération. Nous espérons voir plus d’entreprises britanniques travailler avec l’Algérie », a révélé le Lord-Maire de la city.

Lord Parmley a également affirmé que Londres est disposée à partager son expérience dans le secteur financier avec l’Algérie qui ambitionne de développer ses banques, la cité de Londres étant le leader mondial de la finance.

Afin de prospecter d’autres opportunités d’affaires et d’examiner les dispositions à prendre à même de renforcer la coopération de la cité de Londres avec Alger, et les moyens d’assurer le transfert du savoir-faire britannique, Lord Parmley est accompagné d’une délégation d’une quinzaine d’hommes d’affaires représentant les secteurs des télécommunications, de l’énergie et des services. Cette visite est également l’occasion d’examiner les possibilités de soutenir de grands projets d’infrastructures énergétique algériens, relève-t-il.

Interrogé sur sa visite à Alger, il a précisé que celle-ci faisait partie de la nouvelle politique adoptée par Londres pour diversifier ses relations économiques internationales après son retrait de l’Union Européenne, prévu dans deux années, le Lord-maire a répondu que le Brexit était une opportunité pour négocier des accords plus favorables avec d’autres pays.

A la suite du vote pour quitter l’Union Européenne, l’établissement de partenariats avec d’autres pays est l’objectif recherché aujourd’hui par Londres qui veut rester ouverte au monde. La stabilité de l’Algérie est à même de faciliter et d’encourager les investissements étrangers, a avancé le Lord-maire.

La délégation conduite par Lord Parmley a été reçue par le ministre algérien de l’Energie Nourredine Boutarfa, ce dernier a invité les compagnies, investisseurs et institutions financières à s’intéresser à l’appel à investisseurs pour le projet 4 050 MWc en solaire photovoltaïque qui sera réalisé en 3 lots de 1 350 MWc ; projet conditionné par la mise en œuvre d’un volet industriel de fabrication locale dans la même filière. Le ministre de l’Energie a déclaré également que ce projet sera suivi par un autre projet tout aussi important en énergie éolienne et que la conjugaison de ces deux projets en Algérie représente un véritable vecteur de développement socio-économique et une opportunité sans précédent pour entrevoir des opportunités fructueuses d’affaires et d’investissements dans le continent africain.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked ( required )