Afrique Inside Un média 100% numérique
You are here:  / À LA UNE / Environnement / L’AIEA exhorte les Etats Africains à renforcer la coopération régionale et internationale

L’AIEA exhorte les Etats Africains à renforcer la coopération régionale et internationale

Dans un atelier régional organisé à Rabat, l’AIEA a présenté un modèle qu’elle a développé pour le renforcement des cadres réglementaires relatifs à la sécurité nucléaire et radiologique. L’objectif est de le faire adopter par les Etats Africains.

Par Ali Bada

Les pays africains sont invités à mieux se prémunir contre les dangers liés au nucléaire. Cet appel est motivé par les « risques inhérents aux utilisations malveillantes des matières nucléaires et autres matières radioactives » comme l’a souligné Raja Adnan Abdulaziz, Directeur de la division de la Sécurité Nucléaire à l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), lors de l’ouverture, lundi 3 avril 2017 à Rabat, de l’atelier régional pour le lancement d’un projet de renforcement des cadres réglementaires nationaux de sécurité nucléaire dans les Etats africains organisé en collaboration avec l’Agence marocaine de sûreté et de sécurité nucléaires et radiologiques (AMSSNuR).

Selon le Directeur de la division de la Sécurité Nucléaire à l’AIEA « l’objectif de la rencontre est la présentation d’un modèle développé par l’AIEA pour le renforcement des cadres règlementaires relatifs à la sécurité nucléaire et radiologique et la discussion des conditions de son adoption par les pays africains ».

Trente cinq pays représentés par plus de 70 experts

Jusqu’au 7avril, plus de soixante-dix experts représentant trente-cinq pays d’Afrique, débattront donc de cette question. Mais en plus du cadre règlementaire, les experts réfléchiront aux moyens de mettre en place des autorités compétentes dotées de ressources financières de ressources humaines conséquentes en vue de « prévenir tout événement et, le cas échéant, minimiser ses effets sur l’Homme et l’environnement ».

En Afrique, les matières radioactives sont utilisées depuis plusieurs décennies, que ce soit dans les installations nucléaires et radiologiques, ou encore dans différents secteurs socio-économiques, tels que la santé, l’industrie, l’agriculture, les mines et la recherche. Bien que l’utilisation de ces matières soit soumise à des normes de sûreté et de sécurité très strictes, on ne peut cependant pas exclure le risque de vol ou de sabotage. D’où une attention particulière dans leur exploitation, de la production à leur entreposage en tant que déchets radioactifs.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked ( required )