Afrique Inside Un média 100% numérique
You are here:  / Société / Kenya : Lourdes sanctions économiques contre des journalistes

Kenya : Lourdes sanctions économiques contre des journalistes

Les professionnels des médias dénoncent une volonté de museler les journalistes. Une loi d’intimidation pour beaucoup. Les parlementaires kenyans ont entériné un projet de loi autorisant une amende de 173 000 euros à l’encontre des entreprises de presse. Les professionnels des médias dénoncent une volonté de museler les journalistes. Une loi d’intimidation pour beaucoup susceptible de conduire à la faillite de nombreux médias. Dans le même temps , les journalistes se sont vus diminuer de moitié leur sanction économique fixée désormais à un peu plus de 4000 euros. Mais cela ne semble pas suffisant pour calmer la colère des professionnels de l’information.

Il s’agit d’un premier projet de loi sur la presse adopté en novembre dernier auxquel le président Uhuru Kenyatta avait opposé son véto et renvoyé à l’Assemblée assorti de ses recommandations.

En revanche un autre texte a été rejeté par les parlementaires. Il concerne les ONG. Le but étant de limiter leur champs d’action et leur financement .

Mardi 3 décembre, les journalistes sont descendus dans la rue pour dénoncer la volonté du pouvoir kenyan de restreindre leurs libertés.

Pour la société civile , il s’agit d’une volonté de bâillonner les voix critiques au Kenya, notamment celles qui militent pour la bonne gouvernance et luttent contre l’impunité alors que le président Uhuru Kenyatta et son vice-président William Ruto sont poursuivis par la Cour pénale internationale (CPI) pour crimes contre l’humanité. Les adversaires du pouvoir soulignent que la loi contre la presse contrevient à la Constitution adoptée en 2010 garantissant certains droits fondamentaux . La Cour suprême devrait être sera saisie.

Véronique Mansour

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked ( required )