Afrique Inside Un média 100% numérique
You are here:  / À LA UNE / Sports / Jeux africains : le Kenya, révélation de Pékin 2015, dans son jardin à Kintélé

Jeux africains : le Kenya, révélation de Pékin 2015, dans son jardin à Kintélé

Ici au Congo aux Jeux africains, le Kenya semble être dans son jardin. Le leader au tableau des médailles lors des derniers championnats du monde d’athlétisme de Pékin, a déployé à Brazzaville une forte délégation.

A l’issue de la première journée des épreuves d’athlétisme au stade de l’unité à Kintélé dimanche, la délégation kenyane affiche une grande confiance et déjà deux médailles d’or. Sur le 5000 m dames, triplé kenyan avec respectivement Margaret Chelimo, Rosemary Wanjiru et Alice Aprot. Et sur 3000 m steeple masculin, le Kenyan Clement Kemboi s’est imposé en 8 minutes 20 secondes 31 centièmes devant son compatriote Hillary Kemboi Cheserek et l’Ethiopien Hailemariyam Amare.

L’exploit réalisé par les champions kenyans lors des mondiaux d’athlétisme de Pékin (seize médailles en tout) reste encore marqué dans tous les esprits. « C’est vrai que le Kenya aujourd’hui est une nation forte mais il ne faut pas oublier les autres pays, je pense au Nigeria, au Maroc par exemple sur les moyennes et longues distances. Et en ce qui concerne les distances courtes, le 100 m, on peut citer le Nigeria encore et l’Afrique du Sud. Mais j’attends vraiment que le Kenya très présent ici assure le show », affirme Richard T. Ekai, ambassadeur et secrétaire principal au ministère des Sports, de la Culture et des Arts.

Si les coureurs kenyans ont ébloui toute l’Afrique, à leur tour d’être impressionnés par le complexe olympique de Kintélé à la mesure de leur talent et leur ambition. « Ces Jeux africains sont très importants pour l’Afrique, ils entretiennent l’esprit du panafricanisme. Il s’agit d’une plateforme qui rapproche les pays africains et un vecteur d’intégration. J’ai eu le privilège de visiter le village olympique, le stade, les infrastructures. Le Congo a travaillé très dure pour parvenir à un tel résultat. Cela montre que les pays africains sont capables de construire ce type d’infrastructures et d’attirer de grandes compétitions. Le Congo montre la voie, d’autres pays vont certainement suivre cet exemple. C’est motivant. Et cela vaut aussi pour la jeunesse congolaise qui est poussée à se tourner vers le sport. » ajoute L’ambassadeur kenyan.

Une jeunesse congolaise admirative devant les jeunes athlètes kenyans très attendus à Kintélé à la faveur d’une domination sans précédant durant les épreuves de 400 m haies ou encore le javelot à Pékin. Jamais aucun Kenyan n’avait été médaillé sur une distance plus courte que le 800m lors des chanmpionnats du monde. Nicholas Bett a surpris tout le monde sur le 400m haies, avec Boniface Tumuti sur ses talons (5e de la finale). Et Julius Yego a apporté l’une des sept médailles d’or en s’imposant au javelot, avec un nouveau record d’Afrique (92,72m). Les accusations de dopage relayées par la presse début août avait jeté un froid, mais les épreuves de Pékin ont remis les choses dans l’ordre. Ici à Brazzaville, les kenyans voient encore plus loin et rêvent d’un sport plus grand, plus fort à l’échelle continental.

La rédaction

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked ( required )