Afrique Inside Un média 100% numérique
You are here:  / International / Italie : Lampedusa comparée à un camp de concentration

Italie : Lampedusa comparée à un camp de concentration

Les adjectifs ne manquent pas depuis deux jours pour décrire la situation dans laquelle se trouvent les réfugiés, sur l’île de Lampedusa. TG2, deuxième chaîne de la télévision publique italienne a diffusé un reportage dans le journal du soir de lundi sur le sujet, mettant l’Europe face à ses responsabilités. Sur les images on voit des réfugiés obligés de se dénuder en plein air avant de subir une douche de produits chimiques, destinée selon la version des autorités à prévenir d’éventuels cas de gâle parmi les nouveaux arrivants. Les images qui ont été tournées avec un téléphone portable par un réfugié syrien sont sans appel.

Les européens horrifiés par la situation

Immédiatement après la diffusion du reportage, une vague de réactions a d’abord submergé les réseaux sociaux avant de remonter jusque dans les plus hautes sphères de l’Etat. Le maire de l’île, Giuse Nicolini a comparé le camp de réfugiés à un camp de concentration et à demandé à ce que toute la lumière soit faite sur les événements. L’Union Européenne n’est pas en reste en terme de réactions, la commissaire aux Affaires intérieures, Cecilia Malmström n’a pas hésité à menacer Rome de sanctions, qualifiant les images « d’épouvantables et inacceptables ». Dans le foulée l’ONU par la voix du Haut Commissariat aux réfugiés a exhorté l’Italie à trouver une solution rapide et viable pour que de telles situations ne se reproduisent plus. Pour sa défense, l’administrateur de la structure d’accueil incriminée, Cono Galipo a nié tous traitements inhumains, invitant les téléspectateurs à replacer les images dans leur contexte. Une défense qui n’a pas convaincu puisqu’il a été révoqué.

Ce n’est pas la première fois que l’île de Lampedusa est accusée de mauvais traitements. Depuis plusieurs années les migrants ne cessent de débarquer après avoir traversé la Méditerranée, parfois au péril de leur vie. Depuis le 1er janvier, ce sont 14 000 personnes qui sont arrivées sur le territoire. La guerre civile en Syrie et l’instabilité en Libye ont provoqué ces dernières années une remontée spectaculaire du nombre de migrants. Leur traversée pour rejoindre l’Europe est un calvaire parfois mortel. En octobre dernier une embarcation avec 500 personnes à son bord a chaviré causant la mort de plus de 300 d’entre elles.

Malik Belkacem

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked ( required )