Afrique Inside Un média 100% numérique
You are here:  / À LA UNE / International / Idriss Déby, un chef de guerre à la tête de l’Union africaine

Idriss Déby, un chef de guerre à la tête de l’Union africaine

L’Union africaine a désigné son nouveau président en exercice, il s’agit du président tchadien Idriss Déby Itno. ce dernier a succédé à son aîné, le plus ancien chef de l’état africain, le zimbabwéen Robert Mugabe. Considéré comme un expert de la lutte contre les groupes terroristes et djihadistes, M. Idriss Déby Itno devrait tenter d’impulser un nouvel élan dans le domaine de la stratégie militaire et sécuritaire au sein de l’Union africaine. 

Face à l’immense défi sécuritaire, l’Union africaine a désigné le président du Tchad Idriss Déby Itno pour occuper durant une année sa présidence tournante. Une nomination qui tombe à pic face à l’urgence de lutter efficacement contre le terrorisme. En effet, le président tchadien Idriss Itno Déby est réputé  en pointe dans la lutte contre les groupes jihadistes en Afrique sub-saharienne. Il  succède au zimbabwéen Robert Mugabe, le plus ancien chef d’Etat africain en exercice. Au pouvoir depuis 1990, M. Déby s’est imposé comme un  acteur incontournable en Afrique centrale. Six années passées à la tête de la CEEAC ( Communauté Economique des Etats d’Afrique centrale) lui ont conféré un statut d’arbitre dans les crises de la sous-région, principalement en Centrafrique où la décision d’envoyer en 2013 une colonne tchadienne à Bangui en proie à l’insurrection, a été perçue comme salutaire pour préserver la stabilité de la région. Engagé dans la crise centrafricaine sur le plan diplomatique et militaire, le président tchadien a finalement pris la décision de retirer ses troupes de la MISCA (La Mission internationale de soutien à la Centrafrique) chargé de sécuriser le pays plongé  dans le chaos après la chute de François Bozizé et la prise de pouvoir de Michel Djotodia. Un retrait consécutif à l’imbroglio constant,  aux violences incessantes et aux scandales au sein de la MISCA  accusée de violences sexuelles.  Insuffisant en réalité pour égratigner l’autorité de N’Djamena, consulté en première instance par son allié, la France engagée sur le plan militaire en RCA avec l’opération Sangaris.  La France encore qui a fait appel à l’expertise tchadienne au Mali en 2013 pour combattre les islamistes dans le nord. Sur le front, les troupes tchadiennes occupent le terrain.  Rappelons encore que c’est à N’Djamena que l’opération militaire française Barkhane  est basée. Son objectif : lutter contre les djihadistes dans le Sahel.

Vers une consolidation de la coopération militaire

M. Idriss Déby, le chef de guerre adopte désormais de nouveaux habits, ceux de chef de l’Union africaine souvent critiquée pour son inertie face aux crises et au terrorisme. Un an pour changer l’image de l’institution panafricaine dans le domaine de la sécurité et de la défense. Premier défi : plus de moyens et de coordination pour lutter efficacement  contre Boko Haram.  En 2015,  Idriss Déby  fait intervenir ses troupes au Nigeria voisin début 2015 pour y libérer des localités occupées par les islamistes et initier une riposte militaire régionale contre Boko Haram face à l’inertie de l’armée nigériane. Le Tchad mène actuellement une guerre sans merci contre la secte islamiste nigériane au sein d’une coalition régionale regroupant plusieurs pays voisins dont le Nigeria, le Cameroun, le Niger et le Bénin. Pris régulièrement pour cible comme en juin 2015 en plein coeur de la capitale, (un bilan effroyable 27 morts dont 4 kamikazes et 101 blessés), le pays supporte un lourd tribut pour mener cette guerre. Ce dimanche encore, deux attentats-suicides ont fait au moins 3 morts et 56 blessés selon des sources sécuritaires. Le Cameroun, le Niger et le Nigeria subissent également les assauts réguliers de Boko Haram. Face à cette menace, la nécessité d’une coopération militaire à l’échelle continentale se fait pressante. Les récents attentats contre les hôtels au Mali et au Burkina Faso ont accentué la pression sur les dirigeants africains. Au lendemain de la prise d’otage au Mali en novembre dernier, le G5, qui compte parmi ses membres le Tchad, a décidé la création d’une force militaire conjointe et d’une école régionale de la guerre basée en Mauritanie dont l’entrée en fonction est prévue dès cette année. C’est presque certain, une ligne de conduite devrait dominer le mandat d’Idriss Déby à la tête de l’UA : la coopération militaire, logistique et financière dans la lutte contre le terrorisme.

Enfin le président tchadien pourrait également tirer son épingle du jeu sur le plan diplomatique et le règlement des crises au Burundi et au Soudan du Sud. Il pourrait mettre à profit sa proximité et son influence pour rappeler à l’ordre le président burundais et peser également sur les négociations de paix difficiles au Soudan du Sud.

2016, une année chargé sur le plan extérieure et intérieure au Tchad. L’actuel président tchadien devrait courant février entrer également dans la course à la présidentielle prévue le 10 avril prochain.

La rédaction

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked ( required )