Afrique Inside Un média 100% numérique
You are here:  / International / Merci Madiba pour cet intense moment de communion!

Merci Madiba pour cet intense moment de communion!

Malgrè la pluie , le stade de Soweto a fait le plein pour un ultime adieu au père de la nation sud-africaine Nelson Mandela. Des dizaines de milliers de compatriotes ont bravé le mauvais temps pour se rassembler au cœur de ce qui fût le bastion de la lutte contre le régime ségrégationniste. C’est à Soweto que vécut Mandela avant son arrestation.

Dans les tribunes officielles, un parterre impressionnant de dignitaires. 91 chefs d’Etat et de gouvernement en exercice, 10 anciens dirigeants, 86 têtes de délégation et 75 personnalités éminentes. Moment fort, le discours du chef de la Maison Blanche, Barack Obama d’une quinzaine de minutes. Son arrivée avec une heure de retard lui a tout de même valu une ovation par les quelques 60 000 personnes présentes dans le stade. On sait que Barack Obama n’a jamais rencontré le prix Nobel de la paix sud-africain. Sa prise de parole était donc très attendue. L’occasion de citer avec émotion l’extrait du poème Invictus que chérissait particulièrement Nelson Mandela durant ses 27 années d’emprisonnement. « Peu importe la hauteur de la grille, peu importe le fardeau de la punition, je suis maître de mon destin, je suis capitaine de mon âme » Et quel âme c’était , il nous manquera . Que dieu bénisse la mémoire de Nelson Mandela, Que dieu bénisse l’Afrique du Sud » a ajouté Barack Obama.

Poignée de main historique entre Barack Obama et Raul Castro

Moments de communion officielle , moments de communion atypique en coulisse , moment d’unité mondiale. Seuls le héros anti-apartheid pouvait être l’instigateur à titre posthume d’une poignée de main historique entre Barack Obama et Raul Castro, d’un échange complice en public entre Bill Clinton et George W. Bush, de l’arrivée côte à côte du président Français François Hollande et de son prédécesseur Nicolas Sarkozy. Autant d’anecdotes qui n’en sont pas et qui méritent d’être soulignées. Celles-ci nous rappellent le pouvoir de cet homme , ce libérateur du peuple noir Nelson Mandela, qui transcende les frontières. Raul Castro justement s’est exprimé en espagnol en soulignant l’amitié entre son pays et Mandela, la relation très forte entre Madiba et Cuba . Les autorités cubaines ont toujours soutenu la lutte anti-apartheid. D’ailleurs le marxisme-léninisme  a fortement teinté les racines de l’ANC de Mandela , le Congrès National Africain au pouvoir.

Tentative de discours politique de Zuma sous les huées

Celui qui a annoncé la mort en direct devant les télévisions du monde , Jacob Zuma l’actuel président sud-africain a clôturé la cérémonie d’hommage au stade désormais mythique de Soweto. Un discours fleuve hautement politique avec pour principal enjeu, revendiquer l’héritage de Mandela. D’abord parce que Jacob Zuma a tenu à rappeler pourquoi l’ANC s’est dotée d’un bras armé pour lutter contre le régime de l’apartheid : «  Nelson Mandela a toujours dit que l’ANC s’était tourné vers les armes car le régime de l’apartheid appliquait la violence … l’usage des armes n’était pas une fin en soi… » a-t-il expliqué au nom de Madiba. Ensuite le numéro un sud-africain a rappelé le rôle politique de Nelson Mandela à la tête du pays et de l’ANC pour permettre les réformes constitutionnelles et démocratiques qui ont conduit à l’unité nationale. Plus de trois heures et quart de cérémonie le jour même du 20ème anniversaire du prix Nobel de la paix que Nelson Mandela a reçu en 1993 comme s’est attelé à le rappeler Jacob Zuma.

Ce dernier a semblé mal à l’aise, et pour cause , les sud-africains l’ont hué à son arrivée et le stade s’est vidée au fur et à mesure que se déroulait son discours. Autant dire que l’exercice de style a été un échec. Manque de ferveur diront les uns, manque de charisme diront les autres. Jacob Zuma est actuellement en campagne pour redorer son blason face à l’opinion publique sud-africaine à quatre mois des élections générales dans le pays. Un pays en proie à la crise économique et sociale. Dimanche la dépouille de Nelson Mandela sera inhumée à Qunu, dans le sud rural du pays, la terre de ses ancêtres. En attendant son corps sera exposé pendant trois jours au siège du gouvernement de Prétoria.

Par Samantha Ramsamy

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked ( required )