dimanche, 4/12/2016 | 9:18 UTC+1
Afrique Inside Un média 100% numérique
You are here:  / À LA UNE / International / Hollande à Abuja pour un sommet international sur la sécurité
muhammadu-buhari-francois-hollande

Hollande à Abuja pour un sommet international sur la sécurité

Ce samedi 14 mai, Abuja accueille un sommet international sur la sécurité pour faire le bilan de la lutte contre Boko Haram. Invité de marque : François Hollande, le président français sera présent aux côtés de ses homologues camerounais, tchadien, béninois et nigérien attendus.

Presque deux ans après le premier sommet sur la sécurité régionale de l’Afrique subsaharienne à ‎Paris le
17 mai 2014, les pays engagés dans la lutte active contre Boko Haram se réunissent à Abuja au Nigeria. Signe fort, la venue du  président français qui auparavant fait une halte en Centrafrique. Depuis début 2015, Le Nigeria, le Tchad, le Niger, le Cameroun et le Bénin mènent une guerre sans merci contre la secte islamiste nigériane  avec l’appui des américains, des français et des britanniques. Si Boko Haram a reculé dans les principales villes, le groupe terroriste reste toujours très actif. Pas plus tard que ce jeudi 12 mai, une explosion a fait deux deux morts et 24 blessés à Maiduguri, la plus grande ville du nord-est du Nigeria. Preuve une fois encore que malgré son affaiblissement, Boko Haram reste nuisible et frappe à tout moment à travers des attentats suicides.

En plus de la présence des pays engagés dans la guerre contre Boko Haram, Les Etats-unis, la Grande-Bretagne, la Guinée équatoriale, l’Union européenne, la Cedeao, la Communauté ‎économique des États d’Afrique centrale et la Commission du Golfe de Guinée seront également ‎représentés selon un communiqué de la présidence nigériane.

François Hollande ne vient pas seulement pour la photo. De nouveaux  accords sur la poursuite de la coopération militaire entre le Nigeria et la France devraient être conclus et signés après des entretiens entre les deux présidents ‎et leurs officiels. Ce sommet sera certes l’occasion de faire le bilan de la lutte contre le terrorisme mais également de rappeler la nécessité d’accentuer la coordination des pays sur le plan sécuritaire et militaire.

La coopération régionale, une clef contre le terrorisme

En effet, les pays africains appellent à une mutualisation plus forte des efforts  pour anéantir Boko Haram et lutter plus globalement contre le terrorisme. Tout récemment victime d’une attaque terroriste de grande ampleur à Grand-Bassam le 13 mars dernier, la Côte d’Ivoire par la voie du ministre de l’Intérieur Hamed Bakayoko, a souligné ce jeudi que la lutte contre le terrorisme constitue un défi majeur qui appelle une réponse collective et coordonnée des Etats de l’Union économique et monétaire ouest- africain (UEMOA).  Rappelons que l’enquête s’est déroulée avec l’aide du Mali.

La coopération sous-régionale, une voie incontournable pour lutter efficacement contre le terrorisme. Si les sommets se succèdent, les engagements pris dans ce sens par les pays africains peinent à se concrétiser. Néanmoins, face à la menace terroriste, les états n’ont plus le choix surtout que la porosité des frontières constitue un facteur aggravant.  D’ailleurs, la Guinée et le Liberia  ont décidé de renforcer leur coopération en matière de dispositifs sécuritaires. Reste les moyens financiers et logistiques à mobiliser, sur ce dernier point, les pays africains espèrent samedi un engagement plus important de la France et des autres alliés occidentaux.

La rédaction

 

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked ( required )