dimanche, 4/12/2016 | 1:14 UTC+1
Afrique Inside Un média 100% numérique
You are here:  / À LA UNE / AI BUSINESS / HIGH-TECH / HIGH-TECH : « Lengau », l’ordinateur le plus performant d’Afrique du Sud
lengau-620x330

HIGH-TECH : « Lengau », l’ordinateur le plus performant d’Afrique du Sud

L’ordinateur le plus rapide d’Afrique, doté d’une vitesse de processeur capable de traiter un million de milliards d’opérations à virgule flottante par seconde, a été inauguré mardi au Cap, en Afrique du Sud. Cet ordinateur a été dévoilé par le Centre d’informatique de haute performance (CHPC) et par le Conseil pour la recherche industrielle et scientifique d’Afrique du Sud (CSIR).

Une compétitivité mondiale

Le ministre des Sciences et des Technologies, Naledi Pandor, a déclaré dans un message de félicitations que le lancement de cette machine d’une puissance d’un petaflop/s en Afrique du Sud prouve à nouveau la détermination à atteindre une compétitivité mondiale dans certains domaines de la science et à effectuer les investissements nécessaires, et former les scientifiques et ingénieurs sud-africains, pour développer, utiliser et maintenir ces technologies de pointe

Les opérations à virgule flottante, ou flops, sont utilisées en informatique pour calculer les nombres extrêmement longs. Avec plus de 40.000 processeurs, cet ordinateur est le plus rapide du genre sur le continent africain, affichant une vitesse de 1.000 téraflops, soit 15 fois plus que son prédécesseur.
Ce nouveau système a été baptisé « Lengau », ce qui signifie « guépard » en langue setswana.

Un accès non limité

Ce nouveau système offrira un accès effectif à l’informatique à des utilisateurs qui ne pouvaient pas auparavant accéder aux ressources en raison de limites de capacité.

Le système précédent, baptisé « Tsessebe » (« antilope » en Setswana), était le 311ème ordinateur du classement des 500 plus grands superordinateurs du monde, et le numéro 1 d’Afrique.

Les autres avantages de ce nouveau modèle comprennent une capacité efficace de simulation à grande échelle, et une capacité améliorée à développer la base d’utilisateurs du secteur privé et non académique du CHPC pour dégager des bénéfices supérieurs pour l’économie nationale.

La rédaction

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked ( required )