dimanche, 4/12/2016 | 1:15 UTC+1
Afrique Inside Un média 100% numérique
You are here:  / À LA UNE / Politique / Gabon: le pouvoir dénonce l’ingérence des réseaux Françafrique et ivoirien
dav

Gabon: le pouvoir dénonce l’ingérence des réseaux Françafrique et ivoirien

Au Gabon, les résultats de la présidentielle 2016 seront livrés tard dans la soirée. La commission électorale, CENAP, se réunit à partir de 19h pour débattre et livrer le fichier des résultats au ministère de l’Intérieur. A quelques heure des résultats officiels, les autorités ont réagi à ce qu’elles considèrent comme une ingérence étrangère, allusion notamment au communiqué du parti socialiste français mais pas seulement

A 16H00, le porte-parole du candidat Ali Bongo a tenu une conférence de presse dans les locaux de Gabon Télévision. Les autorités ont dénoncé implicitement le communiqué du parti socialiste et l’ingérence ded plusieurs personnalités liées au candidat Jean Ping.

Réseau en France et en Côte d’Ivoire également selon les allégation des autorités gabonaises. Aussi, Libreville accuse Jean Ping d’avoir activé ses divers réseaux pour peser sur l’issue du scrutin et porter atteinte à la sécurité du pays.

M. Bilie By Nze a cité plusieurs noms mettant ainsi en cause l’avocat Maître Eric Moutet qui a pour client la demi-sœur d’Ali Bongo Onaida Maisha Bongo et Jean Ping. Le porte-parole du candidat Jean Ping explique qu’il y a une convergence puisque maître Eric Moutet est l’avocat de William Bourdon lui-même membre du conseil d’administration de Sherpa, une association qui agit dans le cadre du dossier des biens mal acquis. Il précise encore que Williman Bourdon est l’avocat de l’association survie qui a apporté son soutien à Jean Ping.  » Maitre Bourdon est de cette françafrique comme Robert Bourgi et Pierre Péan… » a encore ajouté M. Bilie By Nze.

Tentative de corruption des membres de la CENAP?

Autre ingérence celle du réseau ivoirien. Les autorités de Libreville seraient en possession d’une preuve tangible et irréfutable de tentative de corruption des membres de la commission électorale pour les forcer à démissionner. Seraient impliqués Jean Ping et Mamadi Diané, conseiller du président ivoirien Alassane Ouattara. De graves accusations … l’affaire ne fait que commencer. Les autorités gabonaises promettent de faire la lumière sur cette affaire.

A quelques heures de l’annonce officielle des résultats, la pression est montéé d’un cran à Libreville, le camp de Jean Ping a convoqué la presse pour annoncer une nouvelle fois des résultats dits officiels dans 8 provinces sur 9. Une surenchère qui laisse craindre un basculement dans les violences. Les rues de la capitale Libreville sont quasi-vides. Et les autorités affirment que des mesures de sécurité sont prévues pour faire face à toute éventualités.

Ecoutez le porte-parole du candidat Ali Bongo sur SOUNDCLOUD

La rédaction

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked ( required )