You are here:  / À LA UNE / International / En bref : En Libye, les marchés d’esclaves… en Côte d’Ivoire, les réquisitions dans l’affaire du Novotel

En bref : En Libye, les marchés d’esclaves… en Côte d’Ivoire, les réquisitions dans l’affaire du Novotel

L’OIM dénonce les « marchés d’esclaves » en Libye

L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) a dénoncé mardi l’existence de véritables « marchés d’esclaves » en Libye, où les migrants sont vendus entre 200 et 500 dollars. « Vous allez au marché, et vous pouvez payer entre 200 et 500 dollars pour avoir un migrant » et l’utiliser pour « vos travaux », a déclaré aux médias le chef de la mission de l’OIM en Libye, Othman Belbeisi, de passage à Genève. « Après l’avoir achetée, vous devenez responsable de cette personne. (…) Certaines d’entre elles s’échappent, d’autres sont maintenues en servitude », a-t-il ajouté. Dans un communiqué, l’OIM, une agence liée au système des Nations unies, explique que son personnel en Libye et au Niger a pu recueillir des récits « choquants » de migrants, qui ont décrit l’existence de « marchés d’esclaves » dans lesquels des centaines d’hommes et de femmes sont vendus. Ces personnes sont notamment vendues sur des places publiques ou dans des garages. Il s’agit de « gens vendus en public, assis par terre », a expliqué à l’AFP un porte-parole de l’OIM, Leonard Doyle.

Disparus du Novotel en Côte d’Ivoire: prison à vie requise

Cinq peines de prison à vie, dont l’une vise l’ex-chef de la garde républicaine, le général Brunot Dogbo Blé, ont été requises mardi dans l’affaire des « Disparus du Novotel » d’Abidjan, concernant l’enlèvement et le meurtre en 2011 de quatre personnes, dont deux Français, en pleine crise ivoirienne. Le 4 avril 2011, au plus fort de la crise post-électorale en Côte d’Ivoire, un commando, cherchant « des snipers mercenaires, espion ou journalistes », selon l’avocat général avait fait irruption à l’hôtel Novotel, emmenant son directeur, le Français Stéphane Frantz Di Rippel, son compatriote Yves Lambelin, directeur général de Sifca, plus grand groupe agro-industriel ivoirien, l’assistant béninois de celui-ci, Raoul Adeossi, et le Malaisien Chelliah Pandian, directeur d’une filiale de Sifca.

Lac Tchad: 7 millions de personnes menacées par la faim, selon la FAO

Quelque sept millions de personnes « risquent de souffrir gravement de la faim » dans la région du bassin du lac Tchad, a prévenu mardi le directeur général de la FAO, qui appelle la communauté internationale « à agir de manière urgente ».
« La crise qui sévit dans la région du bassin du lac Tchad, déchirée par les conflits, a pour cause des décennies de négligence, une absence de développement rural et les effets du changement climatique », explique dans un communiqué José Graziano da Silva, directeur général de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked ( required )