Afrique Inside Un média 100% numérique
You are here:  / À LA UNE / International / En bref : En Côte d’Ivoire, réactions à l’acquittement de Simone Gbagbo

En bref : En Côte d’Ivoire, réactions à l’acquittement de Simone Gbagbo

Côte d’Ivoire l’acquittement de L’ex première Dame Simone Gbagbo, un signe d’apaisement selon ses proches

Simone Gbagbo a été acquittée par la justice dans le cadre du procès qui lui a été intentée pour « crimes de sang et contre l’humanité ». Une décision considérée par ses partisans comme une « grande victoire » et serait un signe de sa prochaine libération. Pour son gendre Stéphane Kipré cité par le site Koaci.com, le verdict de la justice ivoirienne ne devait susciter aucune réaction, car selon lui, c’est la stricte vérité qui a été dite. Cependant, il considère cet acte comme une volonté du pouvoir de jouer la carte de l’apaisement au plan politique. Le président de l’Union des Nouvelles Générations (UNG) demande désormais au pouvoir ivoirien de libérer Laurent Gbagbo, « afin qu’elle puisse jouir de sa liberté car tant qu’elle restera en prison, ce petit pas qu’il a posé hier et que je salue risque d’être noyé non seulement par sa détention mais aussi par celle de tous les prisonniers politiques de la crise post-électorale. » peut-on lire dans les colonnes de Koaci.com

Brexit : Theresa May va donner le coup d’envoi

Neuf mois après son vote par les britanniques, c’est que mercredi que le Brexit débute, le divorce entre la Grande-Bretagne et l’Union Européenne entame son processus. Cela suppose deux années de négociations qui pourraient déstabiliser le bloc européen. La Première ministre, à l’origine favorable au maintien dans le bloc, et ses partenaires européens disposeront alors de deux ans pour parvenir à un accord sur les termes de la séparation, soit d’ici fin mars 2019.

Nigeria : le gouvernement accuse Boko Haram d’avoir forcé un adolescent à tuer des otages

Un jeune suspect terroriste arrêté a confessé avoir été forcé à tuer 13 personnes détenues par Boko Haram, ont affirmé mardi les autorités nigérianes. Les forces gouvernementales nigérianes ont ouvert mardi une enquête sur un suspect terroriste de 17 ans, qui a été capturé alors qu’il était en mission pour espionner deux marchés surpeuplés dans l’État de Borno, dans le nord-est du pays. L’adolescent a été envoyé sur la mission par un commandant du groupe terroriste Boko Haram, a révélé Ibrahim Abdullahi, chef de l’Agence de la sécurité et de la protection civile du Nigeria dans l’État de Borno. Selon le commandant de la sécurité, le garçon avait déclaré lors de la confession qu’il a été forcé de tuer 13 personnes détenues par Boko Haram. Le suspect avait été détenu pendant trois ans par Boko Haram dans une forêt dans le district de Kalabalge dans l’État de Borno. Il a déjà indiqué aux enquêteurs que plus de 500 enfants de son âge ont été initiés comme des enfants soldats dans la forêt par le groupe terroriste.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked ( required )