Afrique Inside Un média 100% numérique
You are here:  / À LA UNE / International / En bref : Centrafrique, la MINUSCA dénonce des violences…

En bref : Centrafrique, la MINUSCA dénonce des violences…

Centrafrique: la MINUSCA dénonce la poursuite de la violence

La Mission des Nations Unies en République centrafricaine (MINUSCA) a dénoncé jeudi dans un communiqué la poursuite de la violence par une minorité de gens dans le pays alors que, depuis la mise en place des institutions élues en mars 2016, la plupart des Centrafricains a fait le choix de la paix et du dialogue en vue d’une solution aux problèmes du pays. Sot notamment cités les chefs rebelles Abdoulaye Hissène et Alkatim ainsi que des éléments du Mouvement pour l’unité et la paix en Centrafrique (UPC), de la coalition du Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique (FPRC) et des anti-balakas.

Centre du Mali: au moins dix morts dans des violences intercommunautaires

Au moins dix personnes ont été tuées mercredi dans des violences dans le centre du Mali entre membres de la minorité peule et des chasseurs traditionnels appartenant essentiellement à l’ethnie majoritaire bambara, a appris jeudi l’AFP auprès du ministère de la Sécurité. Un précédent bilan de sources concordantes faisait état de huit morts. En février, des violences similaires avaient fait au moins 20 morts et des centaines de déplacés dans la même région. Quatre ministres, dont celui de la Justice, Mamadou Konaté, s’étaient alors rendus sur place et avaient annoncé l’ouverture d’une enquête.

La CPI pourrait attribuer ses premières réparations pour crimes de guerre

Les juges de la Cour pénale internationale (CPI) pourraient attribuer pour la première fois vendredi des dédommagements à des victimes de crimes de guerre, qui réclament plus de 16,4 millions de dollars après un massacre dans un village congolais en 2003. La décision des juges concernant des réparations pour 304 victimes de l’ancien chef de milice congolais Germain Katanga serait une étape importante pour la CPI, unique tribunal permanent chargé de juger les crimes de guerre et les crimes contre l’humanité.
Germain Katanga, 38 ans, avait été condamné en 2014 à 12 années de détention, après avoir été reconnu coupable de complicité de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité. Il avait facilité et coordonné l’approvisionnement en armes des membres de sa milice qui avaient attaqué le 24 février 2003 le village de Bogoro, dans le nord-est de la République démocratique du Congo (RDC), tuant 200 personnes environ, par balle ou à la machette. Les juges pourraient choisir entre des réparations collectives, en attribuant l’argent à des projets, et des dédommagements individuels.

Drame en Méditerranée: 250 migrants auraient péri dans deux naufrages

Nouveau drame en Méditerranée: environ 250 migrants africains seraient morts dans le naufrage de deux canots gonflables qui ont été repêchés jeudi au large de la Libye par une ONG.
L’ONG espagnole Pro-Activa Open Arms a récupéré cinq corps flottant près des canots à une quinzaine de milles des côtes libyennes, alors que les embarcations de ce type transportent en général 120 à 140 migrants chacune, a déclaré à l’AFP une porte-parole, Laura Lanuza.

La Côte d’Ivoire s’engage dans des manoeuvres militaires pour lutter contre la piraterie maritime

Les autorités de la marine ivoirienne se sont engagées depuis jeudi dans des manoeuvres militaires en vue de sécuriser les côtes maritimes du pays, a-t-on appris le même jour de source sécuritaire.
Selon des officiers, il s’agit de renforcer le dispositif de surveillance et d’outiller les forces dans le but de riposter efficacement aux actes de piraterie maritime. Les marins ivoiriens participent aux exercices militaires aux côtés de leurs homologues des Etats-Unis, de pays du golfe de Guinée, d’Europe et d’Amérique du Sud ainsi que d’organisations régionales et internationales.

Côte d’Ivoire : plus de 260.000 réfugiés regagnent le pays

Le Représentant résident du Haut commissariat des Nations-Unies pour les réfugiés (HCR), Askia Mohamed Touré, a indiqué jeudi à Abidjan que 260.368 Ivoiriens avaient regagné leur pays à ce jour après la crise post-électorale de 2011.Dans le courant de l’année 2016, plus de 19.000 réfugiés ivoiriens ont regagné la Côte d’Ivoire.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked ( required )