You are here:  / À LA UNE / International / En bref : crash d’un hélicoptère militaire en Algérie, représailles des forces loyales en Libye

En bref : crash d’un hélicoptère militaire en Algérie, représailles des forces loyales en Libye

Cinq soldats tués dans le crash d’un hélicoptère en Algérie

Un hélicoptère militaire s’est écrasé dimanche soir dans la province de Tipaza, à l’ouest de la capitale algérienne Alger, tuant les cinq soldats à bord de l’appareil, selon les médias algériens.

Cet hélicoptère de la Marine algérienne s’est écrasé sur une ferme à Hamr el Ain lors d’une mission de reconnaissance. Le pilote a perdu le contrôle de l’appareil après avoir touché une ligne haute tension, a précisé la chaîne de télévision Ennahar TV, citant des témoins locaux.
Le ministère algérien de la Défense n’a pour l’heure émis aucun communiqué donnant davantage de précisions sur cet incident.

En mars 2016, le crash d’un hélicoptère militaire en Algérie avait fait 12 morts et deux blessés, tous membres de l’armée.

Libye : raids des forces loyales à Khalifa Haftar contre des positions rivales

Les forces loyales à Khalifa Haftar, chef autoproclamé de l’armée nationale libyenne (ANL), ont mené dans la nuit de samedi à dimanche des raids aériens contre des positions rivales dans le sud libyen, en réponse à l’attaque meurtrière qui avait visé jeudi leur base dans la région. Selon des sources militaires, la 3e Force, un puissant groupe armé de la ville de Misrata (nord), officieusement loyal au gouvernement d’union nationale (GNA), a mené jeudi une attaque contre la base aérienne de Brak al-Shati, contrôlée par l’ANL. Les forces pro-Haftar ont dénoncé des exécutions sommaires, précisant que des civils qui travaillaient sur la base ou qui se trouvaient aux alentours, ont été également exécutés. Dimanche, l’organisation Human Rights Watch (HRW), a fait état dans un communiqué de l’exécution d' »au moins 30 soldats ».

Attentats de l’EI en Egypte: 48 suspects bientôt jugés

Le parquet égyptien a annoncé dimanche avoir déféré devant la justice militaire 48 personnes soupçonnées d’être impliquées dans des attaques contre trois églises coptes depuis décembre, revendiquées par le groupe jihadiste Etat islamique (EI). Le 9 avril, en pleine célébration du dimanche des Rameaux, des kamikazes de l’EI avaient pris pour cible deux églises du nord de l’Egypte, à Tanta et à Alexandrie, faisant 45 morts. En décembre, 29 personnes avaient été tuées dans une attaque similaire contre une église du Caire.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked ( required )